Year:

  1.  18
    Wert, Norm Und Recht.Oskar Kraus - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:16-21.
    En 1901, l’auteur a démontré que la notion de la valeur économique est basée sur celle de la préférence et de l’avantage. Partant des résultats acquis par Franz Brentano dans l’analyse des notions d’avantage et de valeur, l’auteur démontre que tes notions d’utilité et de devoir se ramènent à cette même base. Il s’ensuit une démonstration du rapport des obligations juridiques et des normes de droit positif, avec l’idée du devoir moral. L’auteur s’efforce de réaliser la synthèse du subjectivisme de (...)
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  2.  6
    Société, droit et individualité.G. Davy - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:3-9.
    I. Par opposition à l’individualisme purement métaphysique, au logicisme ontologique et au positivisme radical, il est soutenu que le droit peut être justifié, dans le domaine de l’expérience, comme valeur idéale et dont une part peut être rapportée à l’individu.II. Pour cela on cherche à montrer que si tout droit a d’abord été inclus, comme toute norme, dans la communauté, l’individu, quand il s’est trouvé libéré au sein de cette communauté, a pris à sa charge la constitution de toutes les (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  3.  1
    La méthode comme base d’une esthétique vraie.Mercedes Gallagher Parks - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:104-109.
    L’esthétique est l’activité intellectuelle qui a le plus besoin de méthode cartésienne. Elle échappe à tous les contrôles auxquelles sont soumises la science, les activités pratiques, et même la religieuse, par l’autorité des mathématiques, de la logique et par les résultats concrets et le bon sens. L’esthétique est ainsi restée arriérée dans la marche intellectuelle, traînant encore de vieilles erreurs. Le moment est venu ou elle doit se renouveler de fend en comble par le moyen de la psychologie et du (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  4.  4
    Valeur esthétique et rendement d’une oeuvre d’art.Pierre Guastalla - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:90-96.
    1. La valeur esthétique est le fait d’un couple, elle naît de la rencontre d’une construction et d’un individu. — 2. Recherche des éléments de la délectation esthétique. — 3. L’oeuvre d’art envisagée comme construction. Le jugement de valeur considéré comme jugement de rendement. — 4. Le problème du goût : oeuvre et culture ; valeur actuelle et valeur permanente. — 5. Le problème des oeuvres manquées. — 6. Conclusion : Relativité de la valeur. Tout jugement objectif ne peut être (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  5.  3
    La réalité, la valeur et le droit.Barna Horváth - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:42-48.
    Réalité et valeur étant contradictoires, la positivité du droit ne se comprend que par une nouvelle révolution copernicienne. Pour nous, rien n’est donné, strictement, que la positivité, l’expérience simultanée de la sensation et de l’évaluation. Réalité et valeur flottent, par contre, dans le monde, inaccessible pour nous, des objets transcendants. La combinaison individuelle de la sensation avec l’évaluation révèle une régularité sociale. Le droit, l’organisation sociale la plus développée, n’est qu’une de ces objectivations sociales.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  6.  4
    Valeur esthétique des systèmes philosophiques.Charles Lalo - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:57-64.
    Toute oeuvre d’art est une construction de matériaux sensibles stylisés selon les lois de contre-points spéciaux. Sa seule valeur caractéristique est l’harmonie de ses combinaisons, non leur vérité ou leur moralité. Tout système philosophique est de même une combinaison polyphonique d'idées. Sa valeur scientifique ou de vérité est invérifiable. Sa valeur morale ou sociale n’est que celle des moeurs qui l’inspirent. Seule sa valeur esthétique est fondamentale et se suffit. Elle ne réside pas dans les ornements littéraires de son exposition, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  7.  1
    The Distinctive Feature of Aesthetic Value.Earl of Listowel - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:65-71.
    Le problème est de distinguer la valeur esthétique des autres valeurs philosophiques, de la valeur économique et des valeurs biologiques de la vie végétale ou animale. L’hypothèse soutenue est que l’expérience esthétique est caractérisée d’abord par un équilibre ou balance de forces psychologiques, par un état d'harmonie mentale. Cette hypothèse s’appuie sur l’harmonie entre le conscient et l’inconscient dans la création artistique ; entre la sensation, l’effort, le sentiment et la connaissance dans la contemplation artistique ; et entre le sujet (...)
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  8.  5
    Les valeurs esthétiques et le jugement du goût.F. Mirabent - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:80-89.
    I. Les diverses espèces de jugements. Sentiment du beau et jugement. — II. Le jugement esthétique, partant de conclusions individuelles multiples sur le Beau, aspire à l’unité et à l’universalité. — III. L’analyse critique opposée au dogmatisme. Les difficultés spéciales du jugement esthétique. Esthétique et réalité. — IV. Le rapport de l’esthétique avec la philosophie des valeurs; essence et valeur. —V. Comment l’esthétique dépasse l’empirisme en évitant les abstractions. — VI. Comment le jugement esthétique, bien que subjectif, n’admet pas l’explication (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  9.  2
    Law as Order and as Command.G. R. Morrow - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:10-15.
    La loi est essentiellement un ordre dans les relations humaines qui vient non du commandement d’un supérieur, mais d’un ajustement mutuel des volontés sous les nécessités d’une entreprise en commun. Par conséquent, l’autorité de la loi repose sur l’étendue des intérêts qu’elle s’efforce d’ordonner, et sur son succès à produire l’accord des volontés. L’État est l’organe et non la source de l’autorité de la loi.
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  10.  3
    La norme esthétique.Jan Mukařovský - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:72-79.
    Il faut distinguer entre la norme et sa codification : la norme non codifiée est une force qui dirige la réalisation de la fonction correspondante. C’est un aspect fondamental de la norme en général, car beaucoup de normes valables n’arrivent pas à la codification, quelques-unes n’en sont même pas capables. Cela est valable pour toutes les normes, surtout pour la norme esthétique qui est plus dynamique que les autres : si, ordinairement, l’application de la norme manifeste la tendance à accomplir (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  11.  2
    Les normes juridiques.Giacomo Pertigone - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:22-25.
    L’expérience juridique nous montre comment est surmontée l’antinomie entre la liberté et la norme, entre le sujet et l’objet. On indique comment la volonté et la loi s’unifient dans la norme juridique ; la loi sociale véritable se réduit à la loi du sujet, ou à une loi que le sujet à faite sienne ; l’absolue hétéronomie est inconcevable. La volonté de l’État, qui se montre dans la sanction, traduit la volonté typique qui est ou doit être la volonté actuelle (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  12.  2
    La base philosophique de la théorie pure du droit.Adolphe Plachy - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:26-32.
    Sur la base philosophique de la théorie pure du droit, il y a plusieurs solutions. Nous exposerons les formules qui résultent des conceptions méthodologiques des représentants principaux de l’école normative tchécoslovaque, école qui compte les deux créateurs de la méthode, et nous ajouterons un essai de solution propre. M. Kelsen se contente de la conception d’une idéologie de la raison pure et de la connaissance pure, sans chercher à approfondir sa formule pour en faire une conception philosophique complète. M. Weyr (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  13.  1
    De la norme juridique.Adolphe Progházka - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:33-41.
    1. Une norme ne peut avoir pour critère de validité qu’une autre norme, et jamais un fait ; la norme ne peut être justifiée qu’en entrant, par sub- somption, dans une norme justifiante. — 2. La norme justifiante et celles qu’elle justifie forment un « ensemble ». Le droit est un ensemble de normes juridiques. Cet ensemble ou système n’est pas nécessairement indépendant du système moral. — 3. La norme juridique suprême est cherchée tantôt dans celle qui règne à l’intérieur (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  14.  3
    Das Problem des Naturrechts.Johannes Sauter - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:49-56.
    Introduction : Le Descartes historique était encore un métaphysicien. La morale dans l’ensemble de sa philosophie. — Développement : Le droit naturel est le fondement du droit. Les objections des écoles historique et positiviste ne sont pas probantes. Il faut distinguer entre idée du droit naturel et théorie du droit naturel. Le contenu du droit naturel n’est pas inconnu» Distinction entre droit naturel et loi naturelle. — Conclusion ; Le droit naturel comme intermédiaire entre l’empirisme du droit et le fidéisme (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  15.  3
    Vérité et validité des propositions esthétiques.Mieczysłàw Wallis-Walfisz - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 12:97-103.
    Par « proposition esthétique » nous entendons l’énoncé d’un jugement esthétique, c’est-à-dire d’une appréciation esthétique. Il convient de distinguer les propositions personnelles et impersonnelles. D’après l’opinion courante, les propositions personnelles constituent les raisons dont les propositions impersonnelles découlent comme conséquences. En réalité, les propositions personnelles sont des conséquences auxquelles nous choisissons des raisons sous forme de propositions impersonnelles. Pour fonder les propositions impersonnelles, les propositions personnelles les plus appropriées sont les propositions personnelles « vraies » et « valables ». Une (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  16.  15
    Sittlichkeit Und Seinsvollendung.Emil Utitz - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:133-140.
    Il y a un conflit entre la règle de la moralité, qui nous commande l’action, et la règle de la perfection. La première est absolue et elle ne tient compte d’aucune circonstance. La seconde implique, au contraire, que soient réalisées des choses qui ne dépendent pas de nous. Le conflit et l’accord possible entre ces deux règles sont étudiés dans cette communication.
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  17.  15
    Les normes morales et la réalité psychologique.M. A. Bloch - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:45-50.
    En dépit de toutes les tentatives qui ont pu être faites de nos joui* pour constituer la morale en discipline positive autonome, l’homme ne se délivre que difficilement des habitudes de pensée qui toujours le portent à s’opposer les normes morales en leur attribuant quelque origine transcendante, Dieu, raison ou société. Un Guyau, un Nietzsche, un Bergson, un Freud participent à cet effort de libération, auquel la morale cartésienne, par certaines de ses directions, pouvait et devait conduire. Que l’homme cesse (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  18.  8
    La valeur des normes.George Boas - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:97-103.
    La distinction radicale qui existe entre les faits et les valeurs pose te problème de l’autorité que celles-ci ont sur nos actes, qui eux sont dans le monde des faits. Si la distinction est absolue, il est évident que la critique des moeurs humaine doit céder la place à la sociologie. Mais s’il y a rapport entre les faits et les valeurs, ne pourrait-on expliquer par la psychologie comment certains actes deviennent des normes? Trois principes explicatifs se présentent : 1) (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  19.  4
    Cosmic Implications of Normative Structure.J. E. Boodin - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:3-10.
    Nous considérons la structure dans son rapport au temps : sous ce rapport, la structure est normative, et l’avenir aide à constituer le présent et le passé. Des exemples sont empruntés à l’embryologie et à la géologie. On explique pourquoi il est difficile de concevoir une structure cosmique spatio-temporelle, et comment le développement récent de la physique nous y aide ; dans cette physique, la notion de structure cosmique a un rôle éminent. Il en résulte que seules sont viables les (...)
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  20.  5
    Spir signifie-t-il pour la philosophie un nouveau départ?J. -L. Claparède - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:25-33.
    La doctrine d’Afriean Spir. Les objets d’expérience ne coïncident pas avec la norme logique. La méthode de réflexion. L’évident de fait et la certitude rationnelle. La nature et l’origine du concept a priori. Son unité. Jugement identique et jugement synthétique. Le principe d’identité comme principe de toute connaissance. Les applications de la pensée fondamentale de Spir dans le domaine de la morale et de la religion. L’importance historique de cette pensée.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  21.  23
    Dans quelle mesure les impératifs moraux sont-ils d’ordre social?M. J. de Blig - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:91-96.
    Comparé à d’autres types d’impératifs, le Devoir apparaît distinct de la contrainte, capable pourtant de lier la volonté. Il est la condition nécessaire d’une fin à la fois librement et nécessairement voulue. Il n’a pas pour unique objet le service social, et, si sa genèse dans la conscience doit beaucoup au milieu son autorité ne lui vient pas de là, car la fin qu’il conditionne est non l’intérêt du groupe, mais la vie conforme aux exigences de la raison.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  22.  1
    Moralité esthétique.Jules de Gaultier - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:51-56.
    Moralité : Conditions d’existence. Toute réalité : un antagonisme entre deux tendances d’une même force. L’activité psychique, foyer des deux tendances dont l’antagonisme supporte la moralité. Sensation : ses formes élémentaires, jouir, souffrir. Activité utilitaire, sens possessif ; — ses formes élaborées : perception, contemplation, sens esthétique, pouvoir spirituel de jouir des choses sans les posséder. — Son apparition tardive. Les morales ont emprunté aux religions leur principe spirituel. Carence religieuse. Recours possible au sens esthétique venu à maturité.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  23.  1
    Obligation et commandement.Henri Elzenberg - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:108-114.
    Il existe, dans la théorie de l’obligation, une tendance qu’on pourrait appeler impérativiste et qui, d’après sa thèse pratiquement la plus importante, consisterait à soutenir que, pour connaître les devoirs humains, le \rai chemin est de connaître certains commandements existant en fait. Cette tendance peut se cristalliser, semble-t-il, en trois théories différentes et incompatibles entre elles. La présente communication se propose de dégager ces trois théories possibles, et d’en faire ensuite la critique. Le résultat de l’analyse, c’est que l’impé- rativisme (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  24.  7
    Le principe de dignité humaine et le personnalisme éthique.Thomas Givanovitgh - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:104-107.
    Cette communication introduit un nouvel argument pour prouver la thèse, présentée au Congrès de Prague, de la tripartition ou personnalisme éthique : d’après cette thèse, il faut considérer, dans l’Éthique, outre le fait et sa sanction, l’agent moral ou immoral. Le principe de dignité humaine doit empêcher de retourner à la bipartition et d’introduire l’agent dans le fait, comme s’il était partie intégrante de ce fait.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  25.  13
    Les variations de l’expérience morale immédiate.Georges Gurvitch - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:39-44.
    Une des caractéristiques de l’expérience morale immédiate est sa variabilité particulièrement intense, liée à la mobilité créatrice de ses données qui sont disposées en trois paliers de profondeur. On peut distinguer six aspects fondamentaux de ces variations : 1° variations des données en elles-mêmes ; 2° variations des actes qui les saisissent, indépendantes des variations des données ; 3° variations dans l’actualité des trois couches superposées des données ; 4° variations de l’équilibre mobile entre le mode collectif et le mode (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  26.  4
    Wissenschaftliche Politik und politische Wissenschaft.Gustav Kafka - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:115-120.
    Le relativisme ; sa signification en politique. La politique scientifique et la science politique ; leur accord sur l’impossibilité d’un critère objectif ; leur divergence sur la nature de ce critère, sur le sujet qui décide de la vérité politique ; le rôle de l’action ; l’homme concret opposé à l’homme théorique ; vérité rationnelle et vérité de fait ; l’irrationalité de l’action ; « sécularisation matérielle » et « sécularisation spirituelle ».
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  27.  9
    La norme morale : Ultra posse tenemur.J. B. Kozàk - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:57-63.
    Il y a un conflit entre les normes surnaturelles qui ne tiennent pas compte des possibilités humaines et les normes naturelles qui conduisent à des règles d’action fondées sur la connaissance positive du milieu où nous vivons ; mais il est impossible que les secondes affranchissent l’homme des premières. La question de leur accord se trouve donc posée.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  28.  6
    Formale und materiale Normen der Erkenntnis.Ludwig Landgrebe - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:34-38.
    On étudie les deux aspects des normes de la connaissance : d’abord, les normes logiques ou universelles ; ensuite, les normes qui varient à la fois selon le but pratique que recherche la connaissance et selon l’espèce d’être qui est son objet, chaque espèce d’être ayant une manière différente d’être « évident ».
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  29.  10
    La pluralité des valeurs éthiques.Emmanuel Leroux - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:64-70.
    Objet de la présente étude. Définition des valeurs éthiques.I. Considération de la conduite individuelle. L’opposition du bien et du mal. Pluralité des valeurs : valeurs corporelles et valeurs spirituelles ; développement personnel et dévouement. Ambiguïté de la notion de valeur morale ; son sens précis. Irréductibilité des valeurs personnelles aux valeurs morales. Réserve possible.II. Considération de l’organisation sociale. Difficulté mais réalité du problème. Le mal dans l’ordre politique. Trois classes de valeurs : valeurs nationales, valeurs de justice, valeurs de culture. (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  30.  3
    Ueber Unverbindlichkeit, Verbindlichkeit und Wahrheit einer Normlehre bezw. Normwissenschaft.Rolf Löhrich - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:71-77.
    Le problème de la possibilité d’une science des normes ou éthique s’énonce ainsi :1. Y a-t-il des jugements de devoir-être vrais ou faux?2. Comment des jugements de devoir-être qui ne peuvent être examinés, c’est-à-dire qui sont non pas vrais, mais obligatoires ou non obligatoires, pourraient-ils être rendus obligatoires?Réponse à 1 : Les jugements du devoir-être vrais ou faux sont tous ceux que l’on peut considérer comme des moyens pour des fins. Les moyens sont vrais, quand on peut les décrire comme (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  31.  3
    Ethics and Law.Daniel S. Robinson - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:121-125.
    On rejette deux théories de la relation de la morale avec la loi : identification de la morale et de la loi ; conception de la loi comme minimum moral. Loi et morale se recouvrent en ce qu’il y a une série de normes dont l’une et l’autre tirent leur valeur. La morale pourrait donner une contribution importante à la loi en éclaircissant ces normes.
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  32.  7
    The Meanings of “Good ”.William David Ross - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:78-82.
    On soutient souvent que le bien moral, l’activité intellectuelle correcte et les plaisirs comme tels sont des biens dans le même sens. Mais la réflexion montre que, tandis que les deux premiers sont des biens au sens de choses à admirer, le plaisir comme tel n’est jamais à admirer, simplement pour son caractère plaisant. Pourtant nous sentons le devoir de produire certains plaisirs qui ne sont pas à admirer, c’est-à-dire qui sont moralement neutres, par exemple des plaisirs des sens pour (...)
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  33.  17
    Pessimismus und Optimismus als philosophische Frage.J. E. Salomaa - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:11-17.
    L’on considère quelques raisons en faveur du pessimisme et de l’optimisme ; et l’on arrive à ce résultat, qu’elles restent sur un terrain subjectif, où une décision scientifique entre les diverses conceptions est impossible. Pour faire de la question du pessimisme et de l’optimisme une question scientifique, il faut prendre pour problème la possibilité et la validité de l’évaluation, dans toute son étendue. Pessimisme et optimisme se transforment alors en positions, opposées l’une à l’autre, de la philosophie des valeurs, le (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  34.  6
    Indéterminisme et point de vue normatif.Léopold Silberstein - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:18-23.
    Le dualisme de Kant doit être remplacé par une différenciation plus subtile. L’indéterminisme n’est plus pour nous notion contradictoire du déterminisme ; la norme, individuelle ou sociale, ne doit plus être dépourvue de tout élément empirique. Connexion du déterminisme avec le rationalisme : le « rationalisme interventionniste » prouve l’impossibilité d’un point de vue radical. En un sens modifié, le moment indéterministe demeure et se conserve dans la pensée normative ; même les normes apparemment déterministes de Nietzsche n’en sont pas (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  35.  7
    Le problème de la valeur.Paul Siwek - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:83-90.
    Le mot valeur est ici employé au sens de raison formelle du bien ; la valeur ne se définit pas, et elle n’est saisie que par une intuition ; chez l’animal cette intuition repose sur l’affection de plaisir ou de déplaisir liée à la sensation ; grâce à l’intelligence, l’homme saisit le bien comme tel ; est valeur pour lui, tout ce qui favorise l’épanouissement de sa volonté. Au-dessus de ces valeurs relatives à l’animal et à l’homme, se trouve la (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  36.  2
    Können wir von den Idealen der Menschheit sprechen?Blahoslav Zbořil - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 11:126-132.
    Est-ce que l’on peut trouver dans les idéaux fermés de différentes personnes, sociétés ou nations quelque chose de commun? Existe-t-il des idéaux humains? A ces questions, nous répondons : l’idéal humain suprême, c’est la perfection absolue, c’est-à-dire : l’unité dans la pluralité du sentiment de bonheur, joint à la raison unifiée qui comprend parfaitement la réalité, et à la volonté unifiée et libre prête à réaliser et à conserver cette unité.L’idéal nous mène vers le royaume de Dieu ; mais celui-ci (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  37.  5
    The Objectivity of Value.S. Alexander - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:25-29.
    Objectivité veut dire coercition. Où réside ce caractère dans le cas des plus hautes valeurs? Elles sont toutes des artifices, et une satisfaction donnée à certaines tendances des hommes. C’est pourquoi leur objectivité consiste non dans la contrainte de la nature sur l’esprit, mais dans celle de l’esprit sur l’esprit. De là naissent des étalons de valeur. Objections : 1° tirée de la valeur absolue : en quel sens elle existe, 2° de la valeur « subhumaine ». La valeur comme (...)
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  38.  4
    Concetto, metodo, problemi di una filosofia della cultura.Antonio Banfi - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:156-162.
    La réflexion sur la culture tend à établir un ordre absolu des valeurs et un dogmatisme théorique et pratique. La dialectique, propre à la métaphysique de la culture, se révèle d’une part, dans un relativisme radical, d’autre part dans une philosophie pure de la culture, qui est à la fois savoir de l’esprit ou système des lois transcendentales qui la définissent, et de ses aspects phénoménologiques. Ce système est le fondement unitaire de l’intégration et du développement de tous les éléments (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  39.  9
    L’idéal moral et la réalité historique.J. Benrubi - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:30-33.
    Définissant l’idéal moral comme le but vers lequel l’action individuelle et collective doit tendre afin de contribuer à la réalisation spontanée de la vie de l’esprit, entendue dans le sens d’un règne parfait de justice, de paix, de liberté, de fraternité et de joie, on montre comment et jusqu’à quel point cet idéal, loin d’être opposé à la réalité historique, se crée et se réalise progressivement dans et par l’ensemble du mouvement évolutif de l’humanité.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  40.  3
    Wirklichkeit und Sinn.Wilhelm Burkamp - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:34-41.
    Toute évaluation du réel, toute loi de la pensée ou de la connaissance doit justifier sa valeur devant le moi qui décide et qui évalue. La connaissance est liée à des déterminations a priori relatives aux objets à connaître, déterr minations qui justifient leur validité par la valeur et le sens de l’acte de connaître en général, ou bien comme seul organe de cet acte. Par la connaissance, à laquelle le moi se lie strictement et librement dans son propre intérêt, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  41.  3
    Évaluation et appréciation.Maxime Chastaing - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:163-167.
    L’analyse du double emploi du verbe « valoir » dans l’évaluation et l’appréciation éclaircit quelques aspects de la valeur. Évaluer, c’est prendre conscience d’un être qui est valorisé ou valeureux, non d’un être qui a une valeur. La valeur appartient à l’être même d’un objet. Il n’est pas question de demander si celui-ci la possède ou non, de résoudre le problème et de prouver la solution. Toute évaluation est une épreuve : l’objet convainc l’évaluateur en lui révélant la valeur intrinsèque, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  42.  1
    La conoscenza come forma di valutazione.Guido Della Valle - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:117-121.
    Évaluation et connaissance ne doivent pas être considérées comme des activités antithétiques de l’esprit, ni ne peuvent être identifiées. Leur rapport réciproque n’est pas l’opposition, ni la coordination, mais plutôt la subordination. Entre les deux, pourtant, c’est l’évaluation qui possède la plus grande généralité. L’évaluation n’est pas une forme de connaissance ; au contraire, la connaissance est un cas particulier de l’évaluation. L’intuition morale, esthétique, politique, religieuse ne peut jamais donner de vérités scientifiques, ni théorétiques. Dans son essence intime, chaque (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  43.  1
    Erkenntnis von Normen und Erkenntnis von Tatsachen.Walter Eckstein - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:42-47.
    Tandis que la science descriptive des normes les traite comme faits sociaux et les expose du dehors, la science dogmatique des normes cherche à élaborer les normes positives en un système cohérent de normes. Elle part de la réalité des normes dans la culture, mais elle est pensée à Vintérieur du système de normes. Il s’agit ici non d’un point de vue de simple connaissance, mais d’un point de vue normatif. La science philosophique des normes, ou Éthique, cherche à se (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  44.  4
    Action et réalité en sociologie.F. Ziyaeddin Fahri - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:129-133.
    I. Diverses théories sur la possibilité de l’action sociale. — II. Il est impossible de rester dans la connaissance pour déterminer ce qui doit être. L’action est le résultat d’une expérience composée de deux éléments ; un élément donné et un élément rationnel. Le développement de la sociologie vient de l’accord des éléments provenant du monde social avec une raison constructrice.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  45.  2
    Du rôle régulateur de la science moderne.Josef Fischer - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:122-128.
    Toute science progresse grâce à sa tendance fondamentale à servir l’homme ; le désir du savoir pur n’est pas la raison unique de l’essor de la science, qui ne peut pas être isolée de l’ensemble de la vie civilisée et de ses valeurs. Inséparables et corrélatives sont la philosophie et les sciences. Le « normatif » et le « régulateur ». Sciences normatives et sciences explicatives : le « régulateur » ; rôle d’ensemble des sciences, oublié par une spécialisation extrême. (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  46.  12
    Valeur spirituelle et mentalité.Jean Guitton - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:168-174.
    On jetterait sans doute quelque lumière sur la psychologie de l’adhésion comme sur celle de l’« intuition philosophique », si l’on acceptait de distinguer, ainsi que semble le suggérer Descartes, deux plans distincts dans la pensée, celui de Y esprit, qui est le plan de la pensée consciente et réflexive, et celui de la mentalité qui est celui de la pensée sociale, historique, inconsciente. Faute de cette distinction, l’historien de la pensée est tenté de prendre pour objet principal de son (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  47.  7
    Étude sur trois notions.Augusto Guzzo - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:57-63.
    M. Guzzo tend à substituer une philosophie de la validité des actes humains à cette mythologie des valeurs, dans laquelle on commence par distinguer plusieurs validités différentes, — esthétique, morale, logique, etc. — isola- bles les unes des autres, et où l’on aboutit à hypostasier chacune de ces validités en une Valeur immuable et éternelle. Le royaume métempirique, qui serait constitué par ces Valeurs, donnerait lui-même un sens à ¡’univers, et rendrait inutile, dans l’économie totale du monde, le pénible effort (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  48.  6
    Les problèmes et la valeur d’une phénoménologie comme théorie de la réalité. Être et apparaître.F. Heinemann - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:64-71.
    Les doctrines phénoménologiques, malgré la diversité de leurs formes, se rapprochent par le problème central vers lequel elles se dirigent, celui de l’apparaître et de l’être. Cette communication montre la nature, la nécessité et l’actualité de ce problème. L’être et l’apparaître sont en effet les pôles entre lesquels se déroulent la vie de l’âme, la vie du Tout, la vie de l’absolu. L’on doit donc se demander quels rapports ils ont l’un à l’autre, surtout dans une époque critique telle que (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  49.  6
    Idee und Existenz.Hans Heyse - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:72-78.
    La plupart des conceptions modernes établissent un abîme infranchissable entre valeur et réalité, idée et existence. Ce désaccord est l’expression d’une métaphysique, — elle est l’exacte formule de la crise dans laquelle est engagée la métaphysique européenne et, avec elle, l’histoire de l’Europe. C’est dans une nouvelle appréhension de l’unité de la valeur et de la réalité, de l’idée et de l’existence, que la philosophie doit comprendre ses tâches et ses responsabilités dans la formation de la vie et de l’histoire.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  50.  2
    Cognition and Value Reexamined.Cornelius Krusé - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:134-140.
    Cette étude veut montrer que le contraste tranché entre connaissance et évaluation, fort répandu dans la pensée philosophique, d’après lequel on soutient que la connaissance atteint la réalité, tandis que, dit-on, l’évaluation n’exprime que le moi, est une thèse impossible à défendre en raison des ressemblances significatives et importantes que l’on peut trouver entre connaissance et évaluation. Bien que connaissance et évaluation ne soient pas identifiées, l’on soutient que l’évaluation n’est pas moins en contact avec son ordre de réalité que (...)
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  51.  5
    Zur Kritik der logischen Grundlagen der Wertphilosopkie.Helmut Kuhn - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:48-56.
    La critique s’exerce sur une philosophie des valeurs simplifiée selon un type idéal. En premier lieu, on insiste sur le dualisme posé avec la philosophie des valeurs : au règne des faits s’oppose le règne des valeurs. En second lieu, ce dualisme est rendu concevable d’après son origine : il sert à surmonter le concept positiviste de fait, qui dissolvait la philosophie. En troisième lieu, on montre que l’idée de valeur est incapable de satisfaire au problème qui a motivé son (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  52.  3
    Die Krise des Idealismus.Arthur Liebert - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:79-85.
    On parle souvent aujourd’hui d’une crise de l’idéalisme. J’essaye d’abord d’éclaircir l’idée de crise et ensuite de juger la justesse de cette opinion. On donne trois sortes de raisons à la crise de l’idéalisme : raisons tirées 1° de l’évolution générale de la culture ; 2° de l’évolution de la philosophie ; 3° de l’évolution des sciences spéciales. J’arrive à la conclusion que ces attaques contre l’idéalisme ne l’atteignent en rien. La grandeur indestructible de l’idéalisme est de représenter et de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  53.  5
    La raison formelle de l’univers.N. Lossky - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:86-91.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  54.  5
    La vie comme valeur et fonction.Mirko Novák - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:92-96.
    1. Introduction historique : la vie comme notion scientifique et philosophique.2. La vie comme valeur.3. Critique épistémologique de la notion de vie comme valeur.4. La vie comme fonction.5. Le double aspect épistémologique de la vie rendue consciente comme valeur et de la vie reconnue comme fonction.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  55.  11
    Existe-t-il un canon définitif de la vie philosophique?Jan Patočka - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:186-189.
    L’inquiétude de la totalité de la vie, qui s’éveille chez certains esprits, les amène à créer des représentations canoniques, types de vie stylisée et unifiée. Les philosophes sont des créateurs de « canons » de vie philosophique ; mais on peut se demander s’il est possible de dresser un tableau idéal du philosophe qui pourrait lui servir en même temps de norme et de critère. Non, car la vie philosophique est un mouvement, un « acte imparfait » dont la fin (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  56.  2
    L’autonomie et les hétéronomies théologique, physique, sociologique.Leo Polak - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:3-10.
    La communication analyse l’autonomie immanente de la triple raison axiologique, seul fondement et seule source de la logique, de la morale, de l’esthétique.Elle montre ensuite la voie de recherche scientifique qui va de l’expérience ou des phénomènes du jugement de valeur à ses lois universelles et invariables, et jusqu’aux principes aprioriques ou derniers critériums des trois ordres de valeurs en question.Elle y démontre enfin l’impossibilité de toute hétéronomie, soit métaphysique ou théologique, de révélations ou de commandements, soit physique ou biologique, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  57.  9
    I giudizi di conoscenza e i giudizi di valore nell’unità della vita spirituale.Ugo Redano - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:141-149.
    Après avoir rappelé les précédents historiques du problème depuis Herbart jusqu’à l’École allemande des valeurs, on montre comment les jugements dits existentiels se réduisent facilement à des jugements cognitifs. Les jugements de valeur en tant qu’ils ne peuvent se passer d’un contenu, impliquent les jugements cognitifs, et ne les excluent pas comme hétérogènes ; ils établissent un rapport entre ce qui est affirmé par un jugement cognitif, selon la nécessité, et ce qui doit être dans un acte de liberté spirituelle. (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  58.  4
    Sur les rapports entre validité et réalité.Pietro Romano - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:97-103.
    Les tentatives récentes et contemporaines pour construire une philosophie de la valeur ont abouti à des visions insuffisantes et partielles. Pour réussir une solide philosophie des valeurs il faut renouveler les conceptions de Yesprit, de la réalité et de la valeur. L’esprit est une activité éminemment évaluatrice et tous ses actes sont des jugements de \aleur ou des traductions pratiques de jugements de valeur. La réalité a été définie tantôt ce que nous percevons avec les sens, tantôt quelque chose de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  59.  2
    Die Werte als wahre Wirklichkeiten.Wilhelm Sauer - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:104-109.
    Une prise de contact de la Philosophie avec les résultats de la recherche des sciences spéciales est plus que jamais commandée en vue de leur fécondation réciproque et pour son influence salutaire sur la vie. Un objet de notre connaissance ne se laisse saisir comme vraiment vivant que sous trois aspects: comme fait de la vie, comme forme et comme direction sur des valeurs. La réalité est la liaison vivante de tendances dirigées vers une valeur, étemelle. La réalité est tendance (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  60.  2
    La valeur au point de vue de la philosophie du langage.G. D. Scraba - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:182-185.
    Le classement des mots selon leurs sens nous montre que Vêtre, la notion la plus générale, ne peut être saisi qu’en affirmant, d’une manière identique pour tout langage, son existence et sa valeur. L’existence est affirmée par la valeur, la valeur par l’existence.De ce dualisme, se dégagé l’identité de l’esprit humain, puis la possibilité de l’enchaînement logique des mots selon les notions qu’ils représentent et donc, comme résultat final, l’acquisition des notions claires par des définitions précises.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  61.  3
    Ce que nous savons et ce que nous ignorons des valeurs.Ladislas Tatarkiewicz - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:11-15.
    L’auteur classe, sous un certain nombre de chefs, l’étude des valeurs, et il montre, à propos de chacun d’eux, les limites de notre savoir et de notre ignorance : valeurs objectives ou subjectives, intrinsèques ou extrinsèques, simples ou composées, classement, hiérarchie, conditionnement et critères des valeurs, conscience immédiate de la valeur, caractère pratique des valeurs, tels sont les différents chefs à propos desquels se posent des problèmes qui n’ont souvent reçu jusqu’ici que des solutions personnelles et divergentes.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  62.  5
    Entwicklung und Fortschritt im Lichte der Völkerforschung.Richard C. Thurnwald - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:175-181.
    Le progrès est conçu comme une accumulation d’acquisitions et de connaissances objectives, dont chaque culture est dotée. La « culture » consiste dans la réaction subjective d’un groupe humain à son « équipement de civilisation », dans l’emploi qui en est fait par des hommes vivant en commun pour conduire leur vie, et dans la manière dont cet emploi réagit sur les conduites psychologiques et sociales des hommes en question. Toute culture est singulière et unique, et elle suit son cours (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  63.  2
    Origine et validité des valeurs.Tudor Vianu - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:16-23.
    La philosophie moderne des valeurs est partagée entre deux conceptions opposées, le subjectivisme et l’absolutisme axiologique. Ces conceptions admettent toutes deux qu’il faut résoudre dans un même sens, à la fois le problème de l’origine et le problème de la validité des valeurs. On pense que si la valeur a une origine subjective,elle a, par là même, une validité qui se limite à l’individu qui la ressent ; et si la valeur vient au contraire d’une sphère autonome, cela entraînerait une (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  64.  5
    Wert und Schöpfertum.Pavao Vuk-Pavlović - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:150-155.
    La réalisation des valeurs résulte de la croyance en une mesure dernière servant de règle de vie, et dans le cadre d’un mouvement social qui s’effectue dans la direction d’une telle mesure. Cette circonstance fait que toute création réalisant des valeurs doit nécessairement être engagée dans des conflits et des combats, qui sont inévitables à cause de la diversité des mouvements sociaux existant en fait.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  65.  8
    Le problème de l'être et l’autonomie des valeurs.Joaquim Xirau - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 10:110-115.
    L’on montre dans quelles circonstances et pourquoi le problème des valeurs s’est posé dans la philosophie moderne. Jusqu’à la Renaissance et à Descartes, être et valeur sont identiques parce que l’être est défini par sa fonction et cette fonction par son rapport au tout. Dès que l’on admet, au contraire, l’univocité de l’être, il en résulte cette indifférence de l’être aux valeurs, qui se marque dans le principe d’inertie ou dans la relativité. Dans une pareille conception de l’être, les valeurs (...)
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  66.  2
    Les rapports de l’'me et du corps à la lumière de la psychothérapie.Charles Baudouin - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:61-68.
    Descartes pose comme symétriquement la « chose étendue » et la « chose pensante ». Mais la méthode cartésienne, à base de géométrie, donc d’étendue, fait basculer l’équilibre en faveur du premier terme et conduit de proche en proche au positivisme, à l’épiphénoménisme. La psychothérapie, contrainte de considérer le fait psychique comme une cause, le restitue dans sa dignité. Mais comment concevoir l’action réciproque du physique et du psychique? La psychologie analytique investit cette question par les notions inconscient,, de complexe (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  67.  23
    Der Unterschied von Seele und Geist.Maximilian Beck - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:3-9.
    L’esprit est le sujet de la conscience. La conscience est non pas une intentionalité, mais l’appréhension cognitive d’un donné objectif pour elle. Les sentiments et les dispositions ont une existence propre préconsciente. De même l’objet de la simple imagination et les simples phénomènes qui sont comme des nuances de l’être dans des points de projection objectifs. — Le lieu de la conscience humaine est, lui aussi, un pareil point de projection : le moi comme sujet d’une intentionalité psychique, aveugle en (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  68.  2
    L’anima e il corpo e il problema dell’individualità.Domenico Antonio Cardone - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:101-108.
    Le problème du rapport de l’âme et du corps appelle celui de la genèse des deux formes hypothétiques de vie, et il ne peut aujourd’hui avoir de solution cohérente qu’en ayant égard à la matérialité comme rythme de fréquence, constituant le comportement actuel et possible de la volonté de vie dans ses déterminations multiples et dans son ascension à travers leurs séries variées. Dans les séries «psychiques » se détermine peu à peu une « division du travail ». Puisque l’individualité (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  69.  2
    L’'me et la conscience.P. Dale - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:21-27.
    1. Le terme âme exprime trois aspects de la réalité psychique :a) Le contenu concret de la conscience actuelle.b) L’ensemble de tous les états, actes et dispositions psychiques.c) Le centre constant de toute la vie psychique consciente et inconsciente, le « moi » réel qui est le sujet d’expérience et la substance immanente et créatrice.2. Ce n’est que par la liaison des deux premiers aspects de la réalité de l’âme avec le principe de la substance ainsi compris que nous obtenons (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  70.  2
    Personality and Super-Personality.Har Dayal - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:28-31.
    La conscience, qui est un attribut de tous les êtres vivants, se développe, chez l’homme, en conscience de soi et personnalité. Dans le sommeil, l’hypnose et l’évanouissement reste seule la subconscience. Mais la conscience de soi disparaît aussi dans l’activité créatrice artistique, dans la contemplation du grand art, dans la concentration de la recherche scientifique, dans l’expérience émotionnelle de l’accroissement de pouvoir et dans la psychologie des foules. Dans des cas de ce genre, la connaissance de soi et la dualité (...)
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  71.  18
    Unité fonctionnelle et unité mentale.Georges Dwelshauvers - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:109-114.
    I. L’unité fonctionnelle se définit par une synergie s’étendant à des corrélations de plus en plus complexes : elle dépend soit des mécanismes du système nerveux, soit des sécrétions internes, soit de la corrélation des organes.II. L’unité mentale est la systématisation consciente et réfléchie des représentations ; ‘dans bien des cas, elle dépend de processus sensori-moteurs ; dans le cas des idées, elle en est indépendante, et elle se manifeste par le langage conceptuel.III. Les structures sensori-motrices et mnémiques opèrent le (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  72.  5
    Le monisme contemporain hindou.Douglas Ainslie Grant Duff - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:158-161.
    Cette communication expose la doctrine de libération de Ramana Maharshi, fondateur d’un monastère à Tiruvannamalai dans l’Inde du Sud. Distinction entre l’ego ou moi empirique, et l’individualité. La grâce. La nature du corps humain. Le coeur et le cerveau. Les moyens de libération. La perte de Y ego n’est pas celle de l’individualité.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  73.  1
    Sur un mécanisme nerveux impliqué dans le mouvement volontaire.Louis Lapicque - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:69-76.
    L’excitabilité du système nerveux volontaire, moelle épinière et nerfs moteurs jusqu’à leur extrémité, est soumise d’une façon permanente à un réglage exercé par un centre situé dans le plancher du mésencéphale. Ce réglage préalable, appelé subordination, est nécessaire à l’exécution correcte des mouvements volontaires. La subordination est, au point de vue fonctionnel comme au point de vue organique, distincte de la commande cérébrale, mais il est évident qu’elle doit lui être coordonnée ; en effet, diverses expériences montrent qu’elle est influencée (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  74.  7
    Principes généraux de toute philosophie de la participation.Louis Lavelle - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:170-176.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  75.  8
    Le dualisme cartésien et la notion biranienne d’effort.Georges Le Roy - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:115-120.
    En opposant comme deux substances irréductibles l’âme et le corps, Descartes n’explique pas l’unité qui est en l’homme. En décrivant l’effort comme une réalité intermédiaire entre le corps et l’âme, Maine de Biran ressaisit l’individualité même. Devant le mystère humain, il faut donc invoquer l’expérience biranienne et non la métaphysique cartésienne : il convient d’appréhender, avant toute analyse, l’unité d’un élan, qui se disperse peut-être, mais garde sa souplesse.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  76.  28
    L’extase mystique.Wincenty Lutoslawski - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:149-157.
    L’auteur définit l’extase comme l’union d’une âme avec un être qui lui est très supérieur, qui intensifie son intelligence et qui fortifie sa volonté. Cette union consiste dans un accord complet entre deux êtres inégaux qui s’aiment mutuellement. Elle élargit les connaissances et élève l’être inférieur moralement, d’une manière permanente. Il en résulte une plus grande aptitude à remplir les devoirs quotidiens. Comme exemple intéressant, l’auteur décrit un cas peu connu, l’extase mystique de Mickiewicz ; elle fournit la meilleure explication (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  77.  6
    Sur quelques aspects nouveaux du problème psychophysiologique.Henryk Mehlberg - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:77-84.
    Les changements profonds apportés aux concepts fondamentaux de la science par la logistiepie, la relativité et la théorie des quanta ont fait apparaître de nouveaux aspects du problème psychophysiologique dont plusieurs nettement défavorables au parallélisme. Ces postulats concernant l’équivalence, l’identité, et l’indépendance causale des séries psychologique et cérébrale paraissent ébranlés si l’on tient compte des notions nouvelles d’identité numérique, de simultanéité relative et d’indétermination quantique.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  78.  5
    L’'me et les phénomènes psychiques.E. Minkowski - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:32-38.
    La psychologie sans âme mène à l’atomisme psychologique. Mais l’âme échappe aux investigations ayant pour objet l’immédiat. Le problème psychophénoménologique se situe entre ces deux alternatives. L’habituelle classification tripartite des « éléments » psychiques est sous-tendue par les trois « directions » essentielles de la vie spirituelle : l’élévation, la profondeur et la largeur. Loin d’être des métaphores d’ordre spatial, ces directions déterminent le sens de la vie. Elles constituent une triade essentielle de cette vie et s’apparentent ainsi aux autres (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  79.  4
    L’'me et le cerveau du point de vue monadologique.B. Petronievics - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:128-135.
    Le but principal de la conférence est de montrer comment l’hypothèse monadologique explique les rapports entre l’âme et le cerveau.Elle est divisée en trois parties, dont la première expose les faits de la localisation cérébrale des phénomènes psychiques, la deuxième la localisation de ceux-ci dans la conscience elle-même, et la troisième l’explication monadologique des rapports entre l’âme et le cerveau.Dans la première, l’auteur insiste d’abord sur la différence anatomique entre les centres de projection et les centres dassociation dans l’écorce cérébrale, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  80.  2
    Une nouvelle conception de monisme spiritualiste.Mathieu Gr Peucesco - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:121-127.
    Les données de la science contemporaine nous permettent d’énoncer une nouvelle interprétation moniste des phénomènes de l’univers, qui serait constituée par la conception du mouvement. Car le mouvement vibratoire de l’éther constitue la matière physique ; le mouvement organique réalise la vie. De plus, nos travaux nous ont permis d’affirmer, que les terminaisons libres des cellules nerveuses sont, elles aussi, animées d’un mouvement de vibration et d’ondulation. D’où il est permis d’inférer que le mouvement comporte une signification spirituelle dans le (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  81.  6
    Exclusion et inclusion mutuelles des idées d’'me et de corps.Maurice Pradines - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:136-142.
    Qu’on la conçoive comme pensée, conscience ou volonté, l’âme semble évidemment irréductible en essence au corps. La physique rejette l’action d’une âme sur un corps comme contraire au principe d’inertie, l’épistémologie comme entachée de magie. On montre que, sous un autre aspect, cette évidence apparaît entièrement retournée et que les deux concepts s’impliquent manifestement. Que deux intelligibilités différentes sont ici en cause et que l’âme peut être la raison du corps.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  82.  2
    Das psycho-physische Problem der Wahrnehmungspsychologie im Lichte biologischer Betrachtungweise.Othmar Reich - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:85-92.
    La présente communication critique l’hypothèse psychologique de l’ancienne psychologie des sensations qui, bien à tort, est considérée comme une solution idéale et inattaquable, et, insérée dans toutes les psychologies de la perception comme un dogme, arrête le progrès de la science. Un autre rapport psychophysique, du type « qualité sonore pure - excitation physique » se montre comme le rapport fondamental, biologiquement premier et commun à toutes les impressions issues d’une excitation. Il y aurait à donner une interprétation nouvelle et (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  83.  1
    L’'me et Dieu.Blaise Romeyer - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:177-181.
    Le moi humain dure en s’usant, comme un organisme, mais aussi sans s’user, d’une durée spirituelle.A un niveau déjà profond de cette durée consciente apparaissent les jugements de valeur, immanents et transcendants.Nourrie des valeurs intellectuelles et morales, l’âme participe à leur pérennité ; elle est naturellement immortelle.Mais il faut à l’action moralisatrice des valeurs un principe réel, souverainement réalisateur, Dieu. Plénitude ou sommet des valeurs, Dieu est personnel à la perfection, et le mal ne témoigne pas contre son existence.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  84.  1
    La conscience suppose-t-elle un sujet?Rodolphe Soucek - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:39-43.
    Le moi psychologique est, pour certains philosophes, un arrière- plan permanent de la vie mentale ; d’autres, ne le voient, selon l’observation intérieure, qu’apparaissant par intermittence, comme un visiteur fortuit. Il en est de même du sujet de la conscience : tels philosophes ne peuvent concevoir la conscience sans la relation sujet-objet, d’autres considèrent la notion du sujet comme superflue. La raison de ces différences doit se trouver dans la constitution mentale de chaque observateur.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  85.  13
    Pensée transcendantale-logique et pensée anthropologique-psychologique-cérébrale.Alfred Stern - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:44-51.
    La pensée transcendantale-logique est le facteur qui détermine toute réalité. Puisqu’elle est un objet déterminé par cette pensée déterminante, la pensée anthropologique-psychologique-cérébrale ne peut point être identique à celle-ci. Il s’ensuit que la nature physique peut, sans contradiction, précéder la pensée déterminée en tant que fonction anthropologique. Toute tentative d’incorporer la pensée déterminante dans l’histoire de l’évolution ou de l’ordonner au cerveau, à l’homme, au psychisme, amène la transformation de cette pensée déterminante en une pensée déterminée, une pensée anthropologique. Ainsi (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  86.  27
    Descartes’ Bedeutung für die moderne Psychologie.Erwin Straus - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:52-59.
    Descartes dont la psychologie traite de l’homme qui peut se tromper fournit dans ses Passions de Vâme l’explication la plus radicale de la possibilité de cette erreur : c’est justement par les passions que se manifeste la nature humaine inévitablement su jette à l’erreur. Bien que la psychologie de Descartes se serve de notions à la fois anthropologiques et mécaniques, et bien qu’elle soit fondée ainsi sur une combinaison fondamentale de ces deux manières de voir, c’est néanmoins l’interprétation mécanique qui (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  87.  11
    Pure Philosophy in India.V. Subrahmanya Iyer - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:162-169.
    La philosophie hindoue repose sur une vérité impossible à contredire, au-dessus de tout doute et de toute discussion, sur la connaissance de toute existence par laquelle celui qui l’atteint atteint chaque chose. Elle vise l’identité du moi individuel avec le tout.Son unité : elle repose sur la totalité de l’expérience en coordonnant les trois états de veille, de songe et de sommeil, — et non sur la veille seulement comme les autres philosophies, arts ou religions. Elle ne fait appel ni (...)
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  88.  5
    Leben, Seele, Geist und die Einheit der Wissenschaften.Stefan von Boda - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:10-20.
    1-2. Analyse des diverses sphères « spirituelles », d’après Yidéalisme immanent. — 3. Relations entre Vordre spirituel dernier et Vesprit du temps, toujours modifiable, ainsi qu’entre l’esprit du temps et les individus vivant dans le temps. — 4. Puisque la raison est « une projection de l’âme qui connaît et qui explique, sous tel ou tel mode intellectuel », on examine de plus près les relations entre âme, vie et esprit. — 5. Unité dernière des sciences. Leur division : a) (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  89.  2
    Das Verhältnis von Seele und Leib und die allgemeine Kausalität.Bela von Brandenstein - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:93-100.
    Le rapport de l’âme et du corps est caractérisé par les deux faits également fondamentaux d’une unité stricte entre l’âme et le corps, et en même temps d’une dualité profonde entre l’âme et le corps. Ce paradoxe ne devient compréhensible que par une explication de principe sur'la loi de causalité. Une analyse détaillée prouve que l’action réciproque dans le monde n’est possible que par l’action de forces spirituelles sur un médium corporel purement passif. En conséquence, l’âme agit, comme force de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  90.  15
    Le désir comme base organique des êtres.Charles Werner - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 9:143-147.
    Descartes a bien reconnu que les passions de l’ame manifestent l’union de l’âme et du corps. Mais on peut regretter qu’il ait réduit les passions à des perceptions confuses, et qu’il n’ait pas indiqué qu’elles supposent toutes la force primordiale du désir. C’est le désir qui façonne la matière et l’organise en un corps vivant. Les êtres particuliers sont constitués par le désir en tant qu’il poursuit un but extérieur, et c’est pourquoi leur existence s’écoule dans le temps. Mais chez (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  91.  3
    Transzendenz und Paratranszendenz.Oskar Becker - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:97-104.
    L’expression connue de Platon êrnbcava ouatai et les considérations d'Aristote sur le thème de la philosophie première font reconnaître, dans l’idée de transcendance, un double sens, qui n’est pas éclairci. La poursuite systématique de ce problème conduit à une séparation de l’idée traditionnelle de transcendance en une « transcendance » proprement dite et en une forme nouvelle, jusqu’ici insuffisamment considérée, la « paratranscen- dance ». Elle correspond au « naturel », à la croissance organique, aux puissances maternelles, sang et terre. (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  92.  4
    Illusion de la transcendance.G. Bénézé - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:3-9.
    I. La Transcendance est la séparation absolue de notions absolues, et tenues comme absolues, en dépit de leur pluralité.II. L’impossibilité rationnelle de la transcendance tient en effet à ce que l’absolu étant un et unique, il est inadmissible que la pluralité, implicitement postulée par cette séparation, reste absolue sans contradiction.III. Ramenée à une analyse humaine du réel, ce n’est qu’un aspect de l’abstraction.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  93.  9
    Aspects actuels du problème de la transcendance.Maurice Blondel - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:10-17.
    Transcendance, ce concept évoque celui d’immanence. Malgré son étymologie, malgré cette relation avec son contraire, il prétend désigner non du relatif mais de l’absolu. Gomment est-il possible, sans rompre les attaches permettant à notre connaissance de concevoir le transcendant, d’affirmer légitimement la pureté de son essence et de son existence qui, par définition, sont incommensurables avec nous dans leur parfaite unité? Nous cherchons ici l’énoncé précis de la question et le mot de la réponse en indiquant aussi les répercussions vitales (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  94.  8
    Transcendance et immanence.Léon Brunschvicg - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:18-23.
    M. Léon Brunschvicg demande si l’on n’a pas embrouillé le problème de la transcendance et de l’immanence lorsqu’on l’a réduit, sous le prétexte de le simplifier, à l’antithèse de notions corrélatives. Ne s’agirait-il pas plutôt de deux attitudes de pensée correspondant à deux modes de distribution des valeurs? Imagination en hauteur, qui va de la nature au surnaturel ; réflexion en profondeur, qui va de la nature à l’esprit : Deus superior summo meoT Deus intimior intimo meo. L’enchevêtrement de perspectives (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  95.  3
    L’analyse réflexive dans son usage strictement psychologique.A. Burloud - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:115-120.
    1° Les deux moments de l’analyse réflexive : intuition et raisonnement.2° Du sentiment de l’effort au moi chez Maine de Biran. Insuffisance d’une analyse psychologique fondée sur la causalité du moi et d’une analyse logique de la pensée fondée sur l’expérience de l’effort.3° De l’intention ou effort dirigé à la tendance. La tendance et la causalité psychique. L’induction reconstructive dans l’étude des tendances. L’analyse psycho-réflexive et la psychologie contemporaine.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  96.  3
    Transcendantal et existential.H. Corbin - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:24-31.
    En rapprochant ces deux termes, on veut appeler l’attention sur la signification de la question transcendantale pour la découverte de Y être spécifique de la « réalité-humaine » comme Sujet. La spécificité de son être comme « existence », consiste en ce qu’elle révèle et rend possible le problème même de l’Être. Comme telle, l’analyse découvre en elle la temporalité transcendantale qui donne origine au Temps, et constitue l’Histoire sur la base de la ré-pétition ; hors de celle-ci, le rapport (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  97.  4
    De l’analyse réflexive à l’expérience métaphysique.Paul Decoster - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:32-38.
    I. L’expérience métaphysique est celle qui refuse de s’arrêter à aucune hypostase et de s’accommoder d’aucune catégorie déterminée.II. L’expérience métaphysique s’oriente au rebours de l’ontologie existentielle ; elle entreprend la conquête d’une unité affranchie de l’opposition du sujet et de l’objet.III. La condition nécessaire de cette expérience, c’est « l’immédiate médiation », qui surmonte toutes les oppositions et les dilemmes de la métaphysique.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  98.  6
    Le principe de la transcendance et la théorie de la raison.Maurice Duval - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:39-43.
    Le problème du fondement de la raison ne peut se résoudre que par le principe de transcendance. Les principes rationnels ne sont pas constitutifs d’un esprit pur, qui imposerait, du dehors, ses formes aux objets de sa pensée ; ils naissent dans le progrès et l’effort de l’esprit, pour se dépasser lui-même.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  99.  4
    Personne humaine et transcendance.A. Etcheverry - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:44-49.
    Le principe d’immanence, dans la philosophie moderne, est un principe psychologique plutôt qu’une explication métaphysique ; sous cet aspect, il paraît incompatible avec l’existence de ces foyers autonomes de pensées, de sentiments et de vouloirs qui sont les personnes ; la personne ne tient pas son indépendance des groupements sociaux auxquels elle appartient, mais de sa nature propre. Les notions d’immanence et de transcendance sont d’ailleurs des métaphores suspectes.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  100.  15
    Trascendenza ed immanenza nella politica.Ugo Fiorentino - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:90-96.
    Le problème de la transcendance ne se pose plus du tout dans la métaphysique, mais seulement dans la politique : on montre deux aspects sous lesquels ce problème s’impose au penseur dans des conditions qui le rendent tragique.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  101.  2
    L’Attention et la philosophie réflexive.A. Forest - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:121-127.
    C’est en partant d’une psychologie de l’attention que l’on remplirait le mieux la tâche de la philosophie réflexive. On peut, en effet, décrire sous le nom d'attention à Vexistence une expérience toute spirituelle. Elle suppose un détachement de soi, une attitude d’accueil et de liberté dont l’esprit seul est capable. La réflexion qui nous met en présence de l’âme, saisie à partir de l’acte d’attention, nous permet aussi de comprendre la signification spirituelle de l’attitude de l’âme en face de la (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  102.  9
    Les équivoques de l’idéalisme.Perceval Frutiger - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:137-143.
    On ne pourrait que louer l’idéalisme de ramener l’objet au sujet, s’il n’omettait généralement de définir le mot pensée. Le moi individuel est hors de question; sinon, l’on verserait dans un solipsisme absurde. Mais, même s’il s’agit de l’esprit humain in genere, il faut reconnaître que la réalité le déborde, et que ies normes rationnelles le transcendent, de sorte que, finalement, le réalisme et la transcendance ne sauraient être éliminés dans ce qu’ils ont de légitime et d’irréfutable.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  103.  4
    La transcendance de Dieu dans l’idéalisme contemporain.Carlo Giacon - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:230-238.
    En opposition à l’idéalisme absolu et intégral, se manifeste en France et en Italie, comme d’ailleurs dans les autres nations, un courant, au sein de l’idéalisme, qui cherche à dépasser l’immanence absolue, pour affirmer une certaine transcendance, surtout s’il s’agit de la transcendance de Dieu. Voulant pourtant rester fidèle au principe de l’idéalisme, l’on n’affirme qu’une transcendance relative, qui se réduit à une transcendance nulle. La vraie transcendance ne peut être qu’absolue ; et la transcendance absolue de Dieu est possible, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  104.  2
    Wahrheit, Wirklichkeit und Zeit, die transzendentalen Bedingungen einer Metaphysik der Geschichte.Gotthard Günther - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:105-113.
    La question logique qui se dresse à l’entrée de chaque métaphysique de l’histoire, peut être formulée en ces termes : Les moyens transcendentaux d’une théorie de la conscience divine ou absolue, sont-ils capables de comprendre toutes les dimensions de l’existence historique, si cette conscience absolue, générale est considérée comme n’étant rien que pensée? Pour la pensée, le temps est toujours vu à travers la mémoire, parce qu’il est temps immanent, représenté. L’action, au contraire, se trouve rapportée à un temps transcendant. (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  105.  2
    La présence à soi de la pensée selon Descartes et saint Thomas d’Aquin.A. Hayen - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:144-152.
    Identifiant pensée, réflexion et attention, Descartes définit la connaissance par la présence à soi de la réalité objective de la pensée. Son ignorance de tout « a priori », qui l’oppose secrètement au point de vue transcendantal, est étroitement liée à une philosophie de la liberté caractérisant l’esprit par la possession de soi et par l’autonomie.Distinguant dans la connaissance l’objectivité de la réflexion, le thomisme requiert un certain a priori et rend possible, à partir d’un vrai jugement d’existence, la déduction (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  106.  22
    Der Mensch und die Zeit.Roman Ingarden - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:129-136.
    Il y a deux expériences foncières, l’une dans laquelle c’est nous qui apparaissons comme existant, tandis que le temps paraît être un simple phénomène, l’autre dans laquelle, inversement, le temps se présente comme la réalité, tandis que nous paraissons disparaître dans ces changements. On montre comment cette double expérience nous force à reprendre le problème de l’essence du moi, comme existant dans le temps, et comment ce problème ne peut être écarté par aucun artifice.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  107.  5
    L’argument des vérités éternelles et la transcendance divine dans le contexte idéaliste.Régis Jolivet - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:168-172.
    Le problème posé par Cette communication est celui de savoir si l’argument des vérités éternelles, sous la forme qu’il revêt dans les systèmes idéalistes en vue de prouver l’existence de Dieu, est réellement capable d’établir cette existence. Il semble que la réponse ne puisse être que négative, pour cette raison que l’idéalisme est impuissant à donner un sens authentique à la notion de transcendance exigée par l’argument des vérités éternelles. Si bien qu’en fin de compte, cet argument n’aboutit, dans le (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  108.  2
    Réflexions sur la portée ontologique de la méthode de régression analytique.Pierre Laghièze-Rey - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:173-179.
    L’analyse régressive permet de remonter d’un conditionné à la condition qui y est rationnellement impliquée. Elle n’est possible que si l’on admet que le réel recèle une réciprocité du posant et du posé. Elle se distingue de la méthode hypothético-déductive dont l’objectif est purement pratique et qui peut se contenter d’aboutir à un « comme si » utilisable. Elle prétend pénétrer dans la structure de l’être et nous livrer le secret de sa génération. Mais elle ne constitue effectivement qu’un moment (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  109.  9
    Reflexive and Transcendent Cognition.John Laird - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:188-194.
    Toute connaissance est à la fois transcendante et réflexive ; elle est transcendante, puisque tout savoir est savoir de quelque chose ; on prouve qu’il en est ainsi, même lorsqu’il s’agit de la connaissance de soi ; elle est réflexive puisque tout savoir est conscient. Il y a d’ailleurs, entre ces deux caractères, une disparité radicale, et c’est ce que montre l’analyse des arguments de ceux qui croient trouver une contradiction dans la notion d’une « connaissance de soi transcendante ».
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  110.  4
    Comment la philosophie contemporaine peut-elle s’estimer justifiée de parler du concept de personne?Franco Lombardi - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:212-219.
    On soutient qu’il n’est pas possible de défendre le concept de personne, si l’on ne critique cette « conséquence de la philosophie kantienne », selon laquelle la majeure partie de la philosophie contemporaine refuse à la fois de reconnaître le concept d’« individu » et d’abandonner cette thèse qu’il peut exister quelque chose indépendamment de la pensée : conséquence acceptée par cette philosophie qui, en faisant appel au concept du « concret », entend se soustraire aux conclusions à la fois (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  111.  2
    Construction de la science par l’application de la méthode cartésienne.N. Lubnicki - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:195-202.
    Nous acceptons la méthode cartésienne du doute universel, nous acceptons aussi de construire la pensée sur la réalité immédiate ; nous n’acceptons pas, par contre, la philosophie cartésienne issue d’une application inexacte de cette méthode et de l’introduction de prémisses dualistes.Nous cherchons dans la réalité immédiate des fondements théoriques de l’action raisonnable : nous les trouvons dans les postulats : dans les principes dont nous sommes obligés d’admettre la validité afin de pouvoir accepter la possibilité d’agir.Les postulats d’objectivité, de rationalité, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  112.  9
    Le transcendant comme métaproblématique.Gabriel Marcel - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:50-55.
    L’assurance de mort qu’enveloppe notre condition d’êtres finis nous expose à la tentation d’adhérer à une doctrine de désespoir qui considère toute chose sous le signe du non-être. Il appartient à la pensée dialectique de préparer la commutation de cette systématique négative en une méta-prgblé- matique de l’être ; mais cette commutation elle-même ne peut être que l’oeuvre d’une liberté qui choisit de s’ouvrir au transcendant, dont elle reconnaît la sollicitation a tergo dans l’acte même par lequel elle le salue (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  113.  7
    Friedrich Nietzsche und das Problem der Transzendenz in der Philosophie der Gegenwart.Arnold Metzger - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:60-67.
    I. L’idée de transcendance.IL Interprétation de la « Volonté de Puissance » dans la philosophie de Friedrich Nietzsche. Volonté de Puissance et Transcendance.III. Le problème de la transcendance dans la philosophie du temps présent.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  114.  2
    Der Begriff des Selbstbewusstseins bei Descartes und die gegenwärtige Problemsituation.Kaete Nadler - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:153-160.
    L’évolution de la conscience de soi de la pensée, qui commence chez Augustin, atteint chez Descartes sa première formule logique, et chez Hegel son accomplissement et sa systématisation la plus grande possible. Tout essai pour dépasser la position de Descartes doit entraîner une tâche nouvelle pour la philosophie de l’esprit. Tandis que Max Scheler et Martin Heidegger ne la dépassent qu’en apparence, Ludwig Klages s’en écarte radicalement ; Karl Jaspers et Hans Heyse, de leur côté, donnent à la philosophie un (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  115.  2
    Immanentismo ed eticismo nella Wissenschaftslehre di Fichte.Enrigo Opocher - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:180-187.
    L’auteur formule le problème des relations entre l’immanentisme et l’éthicisme ; ce problème, selon lui, préoccupe la philosophie idéaliste dans sa phase actuelle et la révision s’en impose ; il examine la solution donnée par Fichte dans sa Wissenschaftsîehre, et conclut que, dans la philosophie de Fichtey non seulement l’immanentisme ne contraste pas avec l’éthicisme, mais que l’immanentisme même devient possible par l’éthicisme qui pose l’Absolu comme Idéal : l’auteur montre ainsi toute l’importance de la philosophie de Fichte pour la (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  116.  2
    L’idée de Dieu devant la raison.J. Petrovici - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:203-211.
    L’examen de la preuve a contingentia mundi ou cosmologique de l’existence de Dieu, et des critiques auxquelles elle a été soumise, mène à cette conclusion qu’elle garde une valeur ; d’une manière générale, le rôle de l’intelligence, dans la recherche de Dieu, paraît avoir été trop diminué par la philosophie moderne ; l’expérience religieuse elle-même n’exclut pas ce rôle ; il faut dire seulement que, dans ce domaine, l’intelligence n’arrive qu’à la probabilité.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  117.  9
    Le « Cogito » Rapport du « je » pensant avec l’être ; jugements et normes.Arnold Reymond - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:161-167.
    Le « je pense, donc je suis » doit être interprété comme la vérification d’une hypothèse, c’est-à-dire comme une intuition qui porte sur un existant et qui est explicitée au moyen d’un syllogisme hypothétique. L’activité du sujet pensant dépend aussi bien du pouvoir déductif que du pouvoir appréciatif de la raison. La recherche métaphysique a pour tâche de découvrir les conditions dernières de l’existence et de l’activité du sujet pensant et de son rapport avec ce qui se pose devant lui (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  118.  18
    Come si pone attualmente il problema della trascendenza di Dio.Michele Federico Sciacca - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:223-229.
    Éclaircissements sur le titre et les limites de la communication.Le problème de Dieu se pose comme problème cosmologique ou comme problème logico-formel. Le problème de Dieu comme expérience intérieure étant posé, on rejette la chose en soi de l’ancienne métaphysique, mais on critique la prétention de la philosophie moderne de l’immanence, qui veut résoudre toute réalité dans l’activité du sujet, tout en lui reconnaissant le mérite d’avoir montré explicitement que la chose en soi était insoutenable. Nier la chose en soi (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  119.  9
    Analyse réflexive et catégories.Carlo Sganzini - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:68-74.
    L’analyse réflexive, entendue dans le sens de la tradition spiritualiste française, doit pouvoir apporter un éclaircissement remarquable au problème des catégories. Dans l’effort pour y arriver, elle aboutit à une théorie des structures fondamentales, base et origine de toutes les formes catégorielles, qui peut prendre son point de départ dans Xexpérience des antinomies, laquelle opère en guise de réactif qui rend manifeste, en même temps que l’origine et la signification des antinomies, les structures fondamentales elles-mêmes. La théorie des structures fondamentales (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  120.  4
    Transcendance pratique et transcendance sensible.Michel Souriau - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:75-79.
    L’opposition de la transcendance à l’immanence exige qu’on localise l’immanence dans le temps. La transcendance devient alors passage du temps à l’intemporel. Mais l’intemporel peut être soit l’éternel, soit l’instant. Il y a donc deux transcendances, l’une vers l’éternel, qui est ascendante et active : la transcendance pratique ; l’autre vers l’instant, qui est descendante et esthétique : la transcendance sensible.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  121.  1
    La métaphysique implicite dans les postulats de toute pensée possible.Eugeniu Sperantia - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:80-85.
    Notre pensée, en tant qu’elle pose des questions, qu’elle élabore des réponses ou qu’elle juge des valeurs, s’appuie sur nombre de croyances ou postulats indémontrables, mais irréfutables. Ces postulats contiennent des vues préalables, mais aussi inattaquables, à toute expérience. En leur totalité, ils forment les fondements d’une Métaphysique naturelle, implicite à la pensée. Celui qui les nie, tombe fatalement en contradiction avec soi-même.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  122.  29
    La trascendenza e l’infinito.Giuseppe Tarozzi - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:220-222.
    Liaison de la question de la transcendance dans la connaissance et de la question de l’infini. L’infini comme non spatial et non temporel. L’infini qualitatif. L’être infini en rapport avec le sujet. Le sujet n’est pas seulement connaissance mais être dynamique, ce qui suppose une chose transcendante sur laquelle il agit.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  123.  6
    La fonction de l’absolu.Ch Theodorides - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:86-89.
    Lr notion de l’absolu a pour point de départ le sentiment de certitude dont s’accompagnent la perception du monde extérieur, les opérations intellectuelles, ainsi que la conscience du moi comme personne morale. Si ce sentiment était imperturbable, l’homme vivrait dans la béatitude de l’absolu et ne connaîtrait pas la spéculation. Toute métaphysique est un effort pour trouver des formules qui stabiliseront la certitude.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  124.  16
    Sur l’idée de transcendance.Jean Wahl - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 8:56-59.
    M. Jean Wahl s’est posé le problème de savoir d’où vient l’attrait de l’idée de transcendance, même pour celui qui n’adopte pas une conception positive déterminée de la transcendance, même pour celui qui ne voit dans ces mots de transcendance et d’immanence que des mots, désignant assez mal des mouvements de l’esprit qui leur échappent. Il cherche les liens qui unissent l’idée de transcendance aux idées de négation et de position, de mouvement et de repos, de conscience et d’inconscience, et (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  125.  2
    Probabilité et déterminisme.Marcel Barzin - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:15-20.
    La différence entre loi causale et loi statistique est moins profonde qu’on ne le pense souvent; eile se réduit à une question de méthode. L’état actuel des recherches logiques sur la probabilité montre qu’il faut asseoir ce calcul sur un principe d’induction : or l’induction n’est possible que par l'affirmation d’un déterminisme universel; la constance des lois statistiques rend seule possible l’usage du calcul des probabilités ; et toute loi statistique peut théoriquement se transformer en une loi causale.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  126.  2
    Biologische Gesetzlichkeit im Lichte der organismischen Auffassung.Ludwig von Bertalanffy - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:158-164.
    L’auteur développe les fondements de sa propre méthode « organismique » dans la Biologie ; ses principes essentiels, par rapport aux theories antérieures, sont les suivants : Considération totalitaire des phénomènes biologiques, par opposition à leur considération analytique ; conception systématique des phénomènes biologiques au lieu de leur sommation ; dynamisme au lieu de mécanisme ; primauté de l'actvité organique et non plus de la réaction. Sous le point de vue de l’organismisme on traite une série de questions fondamentales de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  127.  2
    Indeterminismo e libero arbitrio.Giulio Colesanti - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:165-170.
    Le principe de causalité est présupposé. Supposition de causes limitées : déterminisme. Supposition, plus probable, de causes illimitées : indéterminisme : le problème du rapport entre la réalité actuelle et la réalité future comporte une infinité de solutions, et c’est par hasard que l’une ou l’autre prévaut. Possibilité du libre arbitre : le mobile propre de l’homme, et, par là, le mobile de la liberté est l'intérêt théorique. Origine de cette théorie : Descartes, Fouillée, Bergson. Conclusion : la liberté appartient (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  128.  4
    Réflexions sur l'indéterminisme en physique quantique.Louis de Broglie - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:3-9.
    Pour le physicien, le déterminisme doit être défini par la possibilité de prévoir exactement les phénomènes à venir à partir de données extraites des observations passées ou présentes. Or, dans la Physique quantique actuelle, le déterminisme ainsi défini n’existe plus pour les phénomenes individuels de l’échelle atomique. C’est ce que montrent clairement des exemples simples. Cependant en adoptant une définition un peu large du mot « causalité », il paraît permis de dire qu’en Physique quantique, s’il n’y a plus déterminisme, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  129.  1
    Le rôle et la valeur de la théorie et de I’expérience dans les progrès de la physique actuelle.Maurice de Broglie - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:10-14.
    Les découvertes expérimentales des quarante dernières années ont surtout été dues à la confiance des physiciens dans les modèles mécaniques simples qui ont suggéré leurs expériences; mais le succès meme de ces représentations concrètes a amené la ruine des conceptions auxquelles il était dû.II a fallu introduire des notions nouvelles, imposées par l’experimentation et ses conséquences, mais inintelligibles parce qu’elles n’étaient contenues ni dans les theories précédentes ni dans les habitudes d’esprit dues à l’expérience millénaire de nos sens. De là (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  130.  2
    De l’évidence cartésienne au probabilisme de Cournot.Jean de la Harpe - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:115-121.
    La méthode de Descartes repose dans les Regulæ sur les principes de l’évidence et de la déduetion interprétés dans un sens intuitif ; l’intuition conduit Descartes à une philosophie de la certitude. A.-A. Cournot, qui s’apparente étroitement à Descartes par son inspiration mathematique, critique le dogmatisme cartésien dans ses Considérations, critique que nous résumons. Ensuite nous exposons les fondements du probabilisme de Cournot, pour trancher en sa faveur dans notre conclusion.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  131.  36
    Les caractères fondamentaux des théories atomiques.Jean-Louis Destouches - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:60-65.
    Les concepts de systéme physique, de mesure, de prévision, sont d’abord précisés. Ils conduisent à faire intervenir un observateur, d’où une « physique du solitaire ». Pour parvenir à une «physique collective », il faut admettre en outre un « principe des signaux » qui établit une solidarité entre les observateurs. Le résultat de cette étude est qu’à l’echelle atomique les notions classiques perdent toute signification, même les notions d’espace et de temps qui n’ont qu’un caractère statistique. Cela entraine des (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  132.  30
    Les conditions qualitatives de probabilite.Maurice Dorolle - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:122-127.
    La théorie de la probabilité paraît avoir surtout cherché les raisons quantitatives, développées dans la forme du calcul des probabilités. On veut chercher, dans le sens où Descartes appuie une probabilité sur l’opinion des « mieux sensés », si le fond des méthodes ou des raisonnements qui aboutissent au probable n’est pas dans le tissu de plus en plus serré de rapports qui construit notre expérience et, s’appliquant au jugement présent, en mesure la valeur.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  133.  3
    Cause and Reason.A. -C. Ewing - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:78-83.
    Cet artide soutient que la causation enveloppe une connexion logique ; car : a) toutes les régularités que nous rencontrons dans la nature seraient d’incroyables coïncidences s’il n’y avait quelque raison pour les expliquer ; b) toute induction suppose que nous avons le droit de conclure de la cause à l’effet et vice-versa ; mais nous ne pouvons avoir le droit d’arriver à une conclusion en partant de prémisses qui n’impliquent pas la conclusion. Si cette vue est acceptée, il nous (...)
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  134.  10
    La physique moderne a-t-elle déplacé la frontière entre l'objet et le sujet?Philipp Frank - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:84-89.
    L’opinion professée par beaucoup de philosophes et de physiciens, que la physique moderne a modifié la délimitation entre le sujet qui observe et l’objet physique soumis à l’observation, repose sur un malentendu. Dans la physique moderne, c’est-à-dire dans toutes les expériences montéеэ pour contrôler la théorie de la relativité et celle des quanta, ce qui est de règle n’est pas différent du cas de la physique classique : c’est le déplacement d’une aiguille devant une échelle qui fait l’objet d’observation. Cette (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  135.  16
    Sur l’individualité du corpuscule et le principe de Pauli.André George - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:66-69.
    Les conceptions de la physique quantique font ressortir une tendance progressive vers une notion de plus en plus « floue » de l'«objet» physique, vers une restriction de l'individualité.Le principe d’exclusion de Pauli semble pourtant pouvoir être interprété comme une barrière à cette tendance : il maintient un résidu d’individualité en excluant la fusion totale de deux particules dans le même état quantique.Ce principe d’individualité restreinte est également principe de diversité, puisque la variété des structures atomiques, des faits chimiques, etc., (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  136.  2
    Contacts Between Modern Physics and Philosophical Idealism.G. -F. Hemens - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:92-98.
    Hegel montre que la vérité est éternelle, que l'ego est l’unité de la vérité, et par là éternel, et que l’objectivité est issue du corps de vérité conceptuelle connue. La physique joue le mêmе role pour l’univers physique : un corps de vérité, mathématiquement déduit d’une identité А = A, et une objectivité, issue de ce corps de vérité qui n’existe qu’une fois connu. L’identité А = A est identifiable avec le ego sum ego.
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  137.  7
    Die naturphilosophische Bedeutung des Übergangs von der klassischen zur modernen Physik.Grete Hermann - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:99-101.
    Cette étude montre comment, malgré les changements qu’elle а introduits, la physique moderne maintient certaines idées fondamentales de la physique classique. Sacrifiant beaucoup de l'idéal d’une physique mécaniste, elle reste pourtant liéе à cette thèse de Kant, que les formes de l'intuition et les catégories sont les suppositions nécessaires de la connaissance de la nature.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  138.  10
    Methode der Biologie und kausaler Determinismus.H. Jordan - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:135-142.
    La biologie expérimentale et causale a pour tâche d’apprendre à connaître le genre de rapports qui existent entre toutes les parties de l'organisme. A côté de la reproductibilité des phénomenes de détail dépendant de causes, il у a la reproduction naturelle de l’événement de la vie dans sa totalité. La reproductibilité du résultat de causes nombreuses suppose, comme donné, l’ordre ou la structure de ces causes. La biologie est, en première ligne, la science de ces structures causales. L’on peut montrer (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  139.  8
    Kausalgesetze als negative Gesetze.Mieczysław Kreutz - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:102-107.
    On ne peut comprendre et démontrer la nécessité d’un lien causal autrement qu’en le ramenant au principe ontologique de contradiction. L’effet doit apparaître nécessairement parce que, dans le cas contraire, il existerait un état de choses renfermant une contradiction, ce qui est complètement exclu. La loi causale ne définit donc pas d’une manière stricte et positive ce qui vа résulter de la cause, elle exclut ce qui ne peut pas s’ensuivre. L’application de ce principe conduit à une transformation complète des (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  140.  30
    La double causalité.Stephane Lupasco - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:143-149.
    La philosophie des sciences arrivées à leur stade contemporain, enrichit la vieille notion de causalité de significations nouvelles. II existerait deux types de causalité. Une causalité qui régit les phénomènes physico-chimiques et qui se caractérise par l'actualisation d’un ordre symbolisé par la notion d'invariant, sur une virtualisation de l’ordre contradictoire de la diversité ou du variant. Une deuxieme causalité, de même nature et de même structure, mais inverse, commanderait les phénomènes vitaux, et se signalerait par l’emprise, cette fois, du variant (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  141.  8
    Le déterminisme et la notion de l’émergence en biologie.Joachim Metallmann - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:150-157.
    Apres avoir établi et soumis à la revision les élements communs aux hypothèses de l’émergence connues jusqu’à présent, l’auteur tient compte de la possibilité de concilier l’émergence, considérée comme un processus particulier de la création dans la vie, avec le déterminisme. II cherche à rendre vraisemblable l’hypothèse que dans le monde vivant, à côté des lois préétablies telles que les a mises en lumière CI. Bernard, sont valides des lois « émergentes ». Le « réseau déterministe » grandit en quelque (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  142.  8
    Substance, Potentiality and Cause.William Pepperell Montague - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:71-77.
    Dans la présente communication, je développe une théorie destinée à servir d’intermédiaire entre le positivisme et le rationalisme. Dans cette théorie, les catégories rationalistes ou extra-experiméntales sont acceptées comme valides ; mais on montre la manière dont elles peuvent être interprétées en termes positivistes ou intérieurs à l’expérience. Je propose : I. De définir la catégorie rationaliste de substance en même temps que ses dérivés, Potentialité et Cause ;II. D’analyser et d’apprécier l’attitude des rationalistes et des positivistes envers ces catégories (...)
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  143.  6
    The Principle of Uncertainty.P. S. Naidu - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:53-59.
    Le principe d’incertitude, qui a pris une extraordinaire importance dans la science contemporaine, révèle l’impossibilité des affirmations si fréquentes, que le monde physique et l’expérience sensible sont les seules choses qui comptent. Ce principe montre aussi combien est illégitime la tendance à considérer comme objectives et concrètes les hypothèses de travail. En biologie comme en physique, l’étude expérimentale du règne sous-microscopique est une source de surprise: le comportement des éléments sous-nucléaires nous force à reconnaître partout une action directrice. Quand on (...)
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  144.  2
    Analyse de l’indeterminisme.Herbert Samuel - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:21-27.
    Certains physiciens modernes ont cru pouvoir tirer, de leurs recherches sur la structure de l’atome, la négation du déterminisme universel. Mais ils confondent, dans leurs déductions, l'indétermination avec le hasard ; et ils acceptent l’existence réelle du hasard. D’ailleurs Max Planck, qui a découvert les quanta, n’accepte pas l'indéterminisme, non plus que le professeur Einstein.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  145.  6
    How Far Does Science Need Determinism?F. C. S. Schiller - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:28-33.
    Les résultats de la physique quantique rendent manifeste une vérité que les philosophes sont en général mal disposés à reconnaître : c’est que le déterminisme n’est pas une affirmation sur la structure des choses, mais une méthode qui ne sert qu’à prédire le cours futur des événements. Les savants, en découvrant ses limites, ont donné aux philosophes et surtout aux logiciens une leçon inestimable sur la methode de la science et la nature de la eonnaissance.
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  146.  7
    Sur la portée cosmologique du théorème de Bernoulli.Étienne Souriau - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:128-134.
    L’auteur rappelle que le théorème de Bernoulli est distinct de la loi des grands nombres ; et que l’équivalence pratique des probabilités a priori et des fréquences empiriques est un fait a posteriori considérable. — La répartition globale des espèces de l'événement dans des proportions rationnelles a une роrtéе cosmologique. — Importance gnoséologique de la réussite d’inductions basées sur une spéculation architectonique et idéalement instaurative.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  147.  4
    Causalità, libertà e necessità.Aldo Testa - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:108-113.
    L’effet est la résolution de la cause et, comme teile, l’être actuel de la cause. La relation causa!e acquiert ainsi le caractère d’une identité dynamique, qui résout l'apparente dualité initiale des termes; le conséquent n’est plus un résultat conditionné par l'antécédent, dont il est plutôt la resolution. — Conséquence : identité de la liberté et de la nécessité. Cette identité se retrouve dans les rapports entre rhomme et ce que l'оп appelle les choses en soi, entendues du point de vue (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  148.  2
    Déterminisme physique et principe de causalité.Sofia Vanni-Rovighi - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:49-52.
    La négation du déterminisme physique — pris dans le sens communément accepté par les savants — n’implique pas la négation du principe de causalité comme principe métaphysique, dont on se sert pour démontrer l’existence d’un Etre transcendant, et n’implique pas non plus la négation d’un déterminisme philosophique entendu en ce sens : tout ce qui est a une nature déterminée et un mode d’agir déterminé.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  149.  2
    Déterminisme et probabilité.Zénitta Vivier - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:34-41.
    Les deux aspects de la connaissance : nomologique et idiographique. Trois formes de la proposition disjonctive, dans leurs rapports avec la probabilité. La proposition disjonctive et le principe du tiers-exclu. Les jeux de hasard. Le principe de l’absence de raison suffisante n’est-il qu’une simple expression d’ignorance? Le principe des spatiums comportaires: figuration, par le rapport d’unités spatiales visibles, de configurations instables, inaccessibles directement à la connaissance. Probabilité : connaissance de nature spéciale, qui postule le déterminisme.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  150. Expressions à éviter dans la description scientifique du monde réel.Général Vouillemin - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:90-91.
    La, définition des mots « scientifique » et « reel » impose de ne faire état que des facultés humaines couramment admises et d’observations exprimables en langage intelligible. Les préjugés naissent de l’emploi (l'expressions qui, par elles-mêmes ou par les représentations concomitantes spontanément évoquées; dépassent les dommés des sources légitimes. Telle l'expression « Loi naturelle », suggérant l’idée d’inéluctable, à laquelle l’observation n’apporte aucun fondement.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  151.  3
    Réflexion sur la méthode en mathématique et en physique.S. Zaremba - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 7:42-48.
    Les traits essentiels et généraux de la méthode, tant en mathématique qu’en physique, se manifestent dans l'influence de chacune de ces sciences sur I'évolution de l’autre. Rôle fondamental, sous ce rapport, du raisonnement déductif. Quelques remarques relatives au raisonnement déductif.Caractère de l’influence réciproque de ces sciences sur leur évolution mutuelle. Le déterminisme sans restriction est la condition de l’existence de la science.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  152.  3
    Thesen und Bemerkungen zu den philosophischen Fragen und zur Situation der logisch-mathematischen Grundlagenforschung.Paul Bernays - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:104-110.
    I. Philosophie scientifique et Syntaxe logique. Nécessité d’une interprétation. — II. Logique et mathématique. La distinction kantienne : « analytique »-« synthétique » est remplacée par une distinction entre « formel » et « objectif ». Touchant ici la mathématique et la logique, on traite surtout du côté objectif : qui, en mathématique, consiste dans l’existence de rapports mathématiques, indépendants de la formulation en proposition, et dans la véri- ficabilité de lois arithmétiques ; en logique, dans le rapport implicite des (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  153.  6
    L’évidence intuitive dans les mathématiques modernes.E. -W. Beth - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:161-165.
    L’auteur cherche à montrer cru’un appel à l’évidence intuitive pour fonder les mathématiques n’est ni rejetable, ni évitable,. Cet appel à l’intuition nécessite un fondement subjectif des mathématiques à côté du fondement objectif.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  154.  7
    Sur quelques points relatifs à l’intervention des collections infinies en analyse mathématique.G. Bouligand - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:174-180.
    Devant l’intuitionisme, on conçoit un cours d’analyse amputé du nombre irrationnel. Des théorèmes qui semblent liés à l’arithmétisation du continu subsistent pourtant, dans le style finitiste, remplaçant le style totalitaire. Le trait d’union est le critère de convergence de Cauchy. Cette idée révèle des domaines de non-contradiction et favorise les efforts de coordination, par exemple pour les problèmes d’une infinité d’équations à une infinité d’inconnues.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  155.  3
    Le rôle de la géométrie analytique dans l’évolution de la géométrie.Élie Cartan - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:147-153.
    L’auteur envisage sous quelques-uns de ses aspects la contribution que la géométrie analytique a apportée à la géométrie : introduction de la notion d’espace à n dimensions, avec les applications que cette notion apporte dans l’étude des figures tracées dans l’espace ordinaire ; généralisations diverses de la notion de coordonnées ; introduction des éléments imaginaires. L’auteur montre également comment c’est la géométrie analytique qui a fourni une démonstration rigoureuse de la non-contradiction de la géométrie non euclidienne et le rôle indispensable (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  156.  7
    Réflexions sur le fondement des mathématiques.J. Cavaillès - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:136-139.
    Examen de la situation actuelle dans le problème du fondement des mathématiques : rejet forcé de la solution formaliste ; critique de la solution intuitionniste ; position d’immanence exigée par l’analyse du processus d’abstraction mathématique.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  157.  6
    La sémantique rationnelle et ses applications.Léon Chwistek - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:77-81.
    Chaque science fondée sur des idées générales doit être relative. Il y a pourtant une science exacte qui n’est pas relative. C’est la sémantique rationnelle. Cette science concerne les expressions qu’on peut construire à l’aide de deux signes donnés d’avance. Elle n’admet que la notion de substitution, une notion élémentaire du type d’expression et les notions du calcul logique élémentaire. Elle nous met en état de construire un système de métamathé- matique symbolique qui embrasse les mathématiques entières. Elle nous fournit (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  158.  2
    La conception du continu en Grèce avant la découverte du calcul infinitésimal.J. Croissant - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:181-192.
    C’est la critique des fondements mathématiques du pythagorisme qui fait la portée essentielle des apories de Zenon. Elle montre quelles conceptions s’opposaient alors à l’utilisation du continu et pourquoi l’époque de Zénon est soumise au règne persistant de la discontinuité. On ne doit pas faire remonter à Zénon l’origine du calcul infinitésimal. Interprétation des principaux arguments.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  159.  2
    L’idée fondamentale de la combinatoire leibnizienne.R. Dalbiez - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:3-7.
    La combinatoire est la base de la logique leibnizienne.Notre plan : le postulat fondamental, son corollaire, les objections.Postulat fondamental : toutes les idées humaines sont décomposables en notions simples ne possédant aucun élément commun.Corollaire : toutes les notions purement positives sont compatibles entre elles. Objections : 10 Leibniz méconnaît la négation ; — 2° Leibniz néglige la relation ; — 3° la compénétration de tous les concepts par la notion d’être empêche d’admettre l’existence d’idées simples ne possédant aucun élément commun.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  160.  4
    La méthode de Descartes et la géométrie moderne.B. De Kerékjártó - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:166-173.
    La géométrie est un système catégorique de propositions non contradictoires entre elles. Parmi tous les systèmes de cette sorte, elle est privilégiée par le fait ultérieur que ses objets et leurs relations mutuelles peuvent être réalisés au moyen d’entités mathématiques. Le problème se pose de savoir sous quelles conditions primitives un système non contradictoire et catégorique peut être considéré comme une géométrie. Dans cet ordre d’idées, l’auteur expose les raisons, de nature intuitive, qui permettent d’introduire des coordonnées dans un système (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  161.  7
    La part de l’empirisme dans la logique mathématique.Arnaud Denjoy - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:111-120.
    C’est principalement l’introduction de la notion de l’infini sous plusieurs formes successives et distinctes qui, à diverses époques, a placé la mathématique dans l’obligation de créer de nouvelles catégories logiques, celles dont elle disposait précédemment ne lui permettant pas d’aborder avec succès les problèmes posés par les notions nouvelles. Mais l’élaboration de ces compléments logiques n’a pas été le fruit de vues a priori de l’esprit. Celui-ci a longuement, et sans apercevoir de lui- même ses erreurs, raisonné faussement, abusant des (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  162.  2
    Sur les démonstrations de non-contradiction.Alfred Errera - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:121-127.
    On montre comment on peut établir la non-contradiction d’une discipline sans l’arithmétiser et l’on précise la relation, même en logique intui- tionniste, entre la non-contradiction, la compatibilité et l’indépendance d’un système de propositions. On analyse ainsi la démonstration classique de la non- contradiction de la géométrie lobatchefskienne. Et l’on indique que la vérité des propositions mathématiques est relative.Quant à la cohérence de la logique elle-même, il ne semble pas que l’on connaisse actuellement de moyen sûr de l’établir.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  163.  3
    Les relations d’incertitude d’Heisenberg et la logique.Paulette Février - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:88-94.
    Le progrès d’une science comme la physique détermine dans la logique un mouvement correspondant ; elle aussi est en devenir. Dans le monde atomique en particulier, les relations d’incertitude d’Heisenberg et l’existence de valeurs quantifiées conduisent à la construction d’une logique mieux adaptée à ce genre de recherches, logique trivalente, et de genre doux, c’est-à-dire dans laquelle les couples de propositions peuvent être soit composables, soit incomposables, par rapport à l’opération produit.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  164.  6
    Discontinu et continu.A. Fraenkel - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:193-200.
    L’abîme entre le caractère individuel du discret et le caractère homogène du continu est resté, depuis la philosophie grecque jusqu’à nos jours un des problèmes centraux de la logique et des fondements des mathématiques. On a obtenu des progrès dans la méthode, mais fort peu dans les résultats. Du côté quantitatif, le problème est éclairé par le principe de non-dénombrabilité du continu. De la conception atomistique du continu, par le finitisme de l’école de Paris, le néo-intuitionnisme de Brouwer, la théorie (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  165.  3
    Ist die Verwendung der logistischen Formeln in den Lehrbüchern der Logik zu empfehlen?Jos Fröbes - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:58-63.
    Sans difficulté les équations de la logistique peuvent servir à confirmer les autres preuves. Les quatre sortes classiques de propositions peuvent se traduire en équations ou en équations nulles. Par là on rend plus intuitive la preuve de la validité des formes du syllogisme. La généralisation que l’on obtient ainsi dans la syllogistique est particulièrement importante pour la logique. Pour cela, on présente les formules indispensables, on montre la formation de l’équation nulle développée, où l’on peut lire toutes les relations (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  166.  2
    Unendlichkeitsbegriff und Widerspruchsfreiheit der Mathematik.Gerhard Gentzen - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:201-205.
    Les divers points de vue relatifs au concept mathématique de l’infini sont ordonnés en série croissante d’après le degré où l’on reconnaît ce concept en ses diverses complications. Cette série est divisée en trois groupes : la mathématique du fini, la « conception constructive », et la « conception en soi » de l’infini. D’après cette série, l’on explique le programme d"Hilbert, qui est de prouver que la mathématique est libre de contradiction, et l’on rapporte brièvement les méthodes qui sont (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  167.  12
    L’extension de la logique aristotélicienne.Thomas Greenwood - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:18-25.
    L’extension de la logique aristotélicienne ne doit s’entendre ni par voie d’opposition, ni par voie de simple développement, mais plutôt par voie de différenciation progressive. On trouvera ainsi dans cette logique tant la défense des fondements essentiels de la connaissance que le germe des développements possibles de la logique et la justification des acquisitions positives de la logique moderne.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  168.  4
    Der Einfluß der Antinomien auf die Entwicklung der Logik im 20. Jahrhundert.Kurt Grelling - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:8-17.
    La solution des antinomies s’accomplit en 3 étapes. 1° La théorie des types de Russell avec l’axiome de réductibilité. 2° Ramsey divise les antinomies en deux groupes. Le premier groupe reçoit sa solution de la simple théorie des types ; seul, le groupe élargi exige l’axiome de réductibilité. 3° Hilbert fonde la théorie métamathématique de la preuve, que les logiciens polonais élargissent en une métalogique. Gödel découvre l’arithmétisation et il prouve l’existence de propositions insolubles. Tarski montre que le concept de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  169.  7
    Ein System verallgemeinerter Negationen.Carl G. Hempel - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:26-32.
    Pour la logique à m valeurs, selon Lukasiewicz, l’on introduit un système de négations généralisées, qui sont caractérisées par l’indication de leurs matrices. On montre :1° Que ces négations généralisées peuvent se définir explicitement au moyen des liaisons fondamentales, négation et implication ;2° Qu’elles permettent de formuler des généralisations des principes du tiers exclu et de contradiction pour la logique à m valeurs ;3° Qu’elles permettent de prendre les matrices ordinaires au sens de règles de transformation et de construire ainsi (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  170.  6
    Ein Axiomensystem für die Syntax des Logikkalküls.Hans Hermes - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:43-45.
    1. Les procédés de construction du calcul logique classique. Les expressions. Les propositions. Les propositions syntactiques. Les propriétés ou rapports de structure. On recherche ici un système d’axiomes d’où puissent se déduire les propriétés de structure, sans aucun appel à l’intuition. — 2. Les quatre axiomes de 1’« arithmétique généralisée ». — 3. Extension de ce système d’axiomes au système d’axiomes de la syntaxe du calcul logique. Possibilité de déduire des propositions syntactiques sans revenir à l’intuition. — 4. L’avantage de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  171.  2
    Proposition, jugement et vérités éternelles au point de vue réiste.Georges Katkof - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:33-39.
    Cette communication a pour objet de montrer la fécondité de la « règle réiste » issue de Brentano, d’après laquelle les objets de la pensée ou jugement sont des choses au sens d’être et non au sens de vérité. Appliquée à la question des vérités éternelles, cette règle permet, dans l’analyse du jugement, de montrer l’erreur de la théorie métaphysique qui donne une réalité à la vérité prise en elle-même.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  172.  31
    Ueber den Begriff des Formalen in Logik und Mathematik.Felix Kaufmann - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:128-135.
    La communication se divise ainsi : 1° elle indique l’ambiguïté du terme « formel », puisqu’on le dit d’une part de la logique classique et d’autre part d’un calcul, considéré comme ensemble désignés sans signification ; 2° elle éclaircit, grâce à l’analyse d’une opération de calcul, ce qu’il y a de commun aux deux concepts ; 3° elle montre comment les concepts formels sont liés aux concepts non formels, qui ont un contenu. Cette question est étroitement connexe de celle du (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  173. Le nombre irrationnel gardien de l’espace.Robert Launay - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:211-217.
    La ligne faite de points peut-elle prétendre à la continuité?Depuis Dedekind et Cantor, les mathématiciens l’affirment.Le « continu » linéaire, grâce aux points irrationnels, est un fait. Cela requiert pourtant que ces derniers soient infiniment plus nombreux que les points rationnels.Nous essaierons de montrer que la génération du point irrationnel est incompatible avec cette infinité, que :1° L’ensemble des irrationnels est dénombrable.2° Le point irrationnel n’est pas un point mais un espace.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  174.  5
    De la réalité inhérente aux théories mathématiques.Albert Lautman - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:140-143.
    J’essaie de montrer que la réalité inhérente aux théories mathématiques leur vient de ce que dans leur mouvement propre s’incarne comme le schéma des liaisons que soutiennent entre elles certaines idées abstraites dominatrices par rapport aux Mathématiques. Je montre en particulier comment le problème des rapports de Yessence et de Y existence reçoit dans les théories mathématiques effectives une solution toute différente de celles de l’intuitionnisme ou du formalisme.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   3 citations  
  175.  2
    Von Klassenbegriffen zu Ordnungsbegriffen.Paul Oppenheim - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:69-76.
    La théorie traditionnelle des concepts étant classificatoire, ne comprend qu’une partie des formes de notre pensée. Comme complément nécessaire, l’auteur met en relief l’importance d’une catégorie de concepts qu’il propose de dénommer « concepts ordinateurs », parce qu’ils déterminent un certain ordre des objets de leur domaine d’application. Leur structure logique est élucidée par la théorie logistique des relations. L’auteur compare les avantages et les désavantages des deux formes de pensée et explique les raisons pour lesquelles une tendance à favoriser (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  176.  5
    Nouvelles vues logiques.Francesco Orestano - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:64-68.
    La logique traditionnelle, dite logique pure, est une logique des classifications, reposant sur le principe d’identité ; elle exclut les relations telles que les relations mathématiques, parce qu’elle se borne à l’unique catégorie de la substance. L’auteur distingue une logique pure, véritablement universelle, qui contient les principes de l’accord de la pensée avec elle-même, et une logique catégorique ou ontologique ayant pour but d’établir l’accord de la pensée réfléchie avec la réalité expérimentée ; cette logique contient autant de branches que (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  177.  34
    L’objet formel.Julien Pacotte - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:46-51.
    La mathématique est conditionnée par un objet formel constructif. De même, la logique. L’objet formel est identique pour les deux disciplines. Il est de nature rameuse. L’auteur donne quelques indications sur la théorie des ramifications qu’il a instituée. Il termine en signalant que la logique des prédicats et la distributivité du produit logique ont pour objet véritable la variété multidimensionnelle discrète des mathématiciens, un objet dont la genèse rameuse est une pièce importante de sa théorie.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  178.  4
    Une solution des paradoxes de la logique et ses conséquences pour la conception de l’infini.Ch Perelman - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:206-210.
    La recherche d’une condition nécessaire et suffisante pour éviter les antinomies de la théorie des ensembles nous amène à formuler deux règles qui défendent l’introduction, dans le système, de certaines définitions non-prédicatives. L’observation de ces règles limite l’application de l’opération cantorienne, de sorte qu’on en arrive à distinguer, parmi les ensembles infinis, ceux dont la puissance fait partie de la série des alephs, et ceux dont la puissance dépasse n’importe lequel des termes de cette série.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  179.  3
    Le concept de passage à la limite.Dimitri Riabouchinsky - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:154-160.
    Toute opération mathématique vraiment bien définie est réversible. Cas des fonctions multiformes. Notion d’origine d’une grandeur. La classe des nombres définis par leur valeur et leur origine. Le concept de passage à la limite. Opération du passage à la limite. Opération du retour de la limite. Distinction entre une grandeur non existante et une grandeur annihilée par un passage à la limite.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  180.  5
    Die Sonderstellung der Logik-Kalküle im Bereich der elementaren logistischen Kalkülforschung.Heinrich Scholz - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:40-42.
    1. Position de la question. — 2. Conditions de la non-contradiction du calcul logique. Postulats de Tarski. — 3. Les logiciens conventionalistes. — 4. Critique du principe des conventionalistes : convention et vérité. — 5. Autres difficultés. — 6. Le calcul logique et la logique.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  181.  7
    Le prédicat dans la logique de l’inhérence et dans la logique de la relation.Charles Serrus - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:52-57.
    Que la prédication n’est pas toujours attributive, et que le prédicat est seul nécessaire au jugement et à la phrase. — La logique classique, en mettant le prédicat dans le rapport, excluait le rapport du jugement ; le rapport véritablement posé est inhérent au prédicat et constitue le contenu rée] de la pensée. — Son expression dans la pensée mathématique et dans la pensée spontanée. — De l’appréciation exacte des rôles respectifs du sujet et du prédicat, et de leur signification (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  182.  8
    Sur la méthode déductive.Alfred Tarski - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:95-103.
    Le but principal de la communication est d’esquisser les traits essentiels de la méthode appliquée dans les sciences déductives.1. A quoi tend la méthode déductive? Termes primitifs et définis ; axiomes et théorèmes. Les sciences antérieures à une science donnée. La méthode déductive considérée comme propriété caractéristique des mathématiques.2. Liberté dans le choix des termes primitifs et des axiomes ; notion d’équivalence de deux systèmes de termes ou de propositions.Postulats d’indépendance des termes primitifs et des axiomes.3. Postulats de la formalisation (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   3 citations  
  183.  15
    Autour du problème des nombres infinis.J. -H. Tummers - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:218-224.
    La science des nombres infinis, introduite par Cantor, semble être en conflit direct avec la philosophie, qui pose que le nombre infini est contradictoire.Nous examinerons les objections contre le nombre transfini. Nous arriverons au résultat, que le nombre infini, conçu comme symbole, satisfaisant à un certain nombre de postulats, n’est pas contradictoire, tandis que le nombre infini, déterminé, actuel et entier, a bien des propriétés contradictoires.Les objections contre le nombre infini reviennent à ce qu’on suppose tacitement, que le nombre infini (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  184.  8
    La géométrie analytique de Descartes et l’empirisme philosophique.Casimir Wize - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:144-146.
    En créant la géométrie analytique, Descartes semblait vouloir enlever même à la géométrie tout ce qui lui restait de qualitatif et d’empirique* Par ce fait, pour les rationalistes, la géométrie analytique présentait un des triomphes de la « vérité indépendante de Vempirisme et de toute psychologie ».Mais, néanmoins, une fois inventée et construite, la géométrie analytique commençait une vie à soi, devenait une entité vivante qui dispose d’elle-même, donnant au nombre avec le lieu géométrique sa valeur qualitative, accessible à l’expérience (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  185.  2
    Importance des recherches logiques et sémantiques pour les théories de la physique contemporaine.Z. Zawirski - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 6:82-87.
    L’auteur examine la thèse qu’une proposition possède un caractère scientifique, en tant qu’elle est susceptible d’être vérifiée ou réfutée. Dans les systèmes déductifs, seuls les systèmes complets possèdent cette propriété. Mais les systèmes incomplets ne la possèdent pas. Il est, en principe, impossible de compléter certains systèmes incomplets.Dans les sciences empiriques, le problème de la vérification ou de la réfutation est lié au rapport des énoncés protocolaires avec les énoncés généraux. Ici, la difficulté naît du fait que les mêmes énoncés (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  186.  15
    Ueber den Begriff der Intuition bei Spinoza.Jacob Bleiberg - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:140-146.
    On se propose d’apporter la preuve que le concept d’intuition n’est pas essentiellement étranger au spinozisme mais qu’il s’y rattache très étroitement. Il subit drvers changements depuis l’interprétation irrationnelle, subjective et mystique du Court Traité jusqu’à l’interprétation objective et scientifique de Y Éthique. Sous sa forme finale, Spinoza conçoit la scientia intuitiva comme un organe de la recherche empirique.
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  187.  11
    La géographie et l’unité de la science.R. Daude - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:56-61.
    Le fait géographique est un fait de groupement. Ce qui fait sa réalité, ce sont les interactions causales au sein d’un « milieu » concret qui n’est pas un espace vide. Il correspond à un point de vue aussi légitime et universel en droit que celui des principaux groupes de sciences. Groupement à l’échelle humaine, il n’en a pas moins une réalité objective. Il a ses lois propres, établies par la méthode comparative. Le géographe fait ainsi un usage original de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  188.  4
    L’histoire des sciences et la philosophie de l’histoire.J. Delevsky - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:33-38.
    Par les conditions particulières dans lesquelles elle se présente., l’histoire des sciences peut servir à la solution d’un certain nombre de problèmes posés à la philosophie de l’histoire. L’évolution des sciences est due à une multiplicité d’intérêts irréductibles l’un à l’autre ; elle possède une certaine logique intrinsèque, bien qu’elle soit soumise à des contingences, notamment à celles du génie et des individus d’élite ; il est impossible de lui assigner une direction unique et un constant progrès. Cette complexité d’une (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  189.  25
    Physique ancienne et physique moderne.Joseph Dopp - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:166-174.
    On voudrait montrer que la physique moderne, comme la physique ancienne, ne se construit que par la vertu de certains universels ou « intelligibles ». Mais les intelligibles de la physique moderne sont commandés, non point, comme dans la physique ancienne, par une intelligibilité de « compréhension », laquelle est ordonnée finalement, mais en ligne droite, à l’intelligibilité de l’être ou à l’intelligibilité « métaphysique », mais bien par une intelligibilité « fonctionnelle », laquelle s’ordonne directement à l’intelligibilité de l’ordre (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  190.  5
    Leibniz und die Idee der Einheit der Wissenschaften.K. Dürr - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:147-153.
    L’idée leibnizienne de la science universelle suppose l’idée de l’unité des sciences.Les signes qui doivent être créés par la caractéristique universelle appartiennent tous à la même catégorie sémantique ; ils forment une partie du vocabulaire d’un langage dans lequel toutes les sciences peuvent être exposées.Les systèmes de calcul logique contiennent une définition de la vérité. La caractéristique universelle est un langage qui n’a besoin d’aucune règle de raisonnement. Les systèmes de calcul logique se rapportent à des langues générales.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  191.  1
    La théorie thomiste de l’unité de la science humaine.Aniceto Fernández-Alonso - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:121-126.
    Selon la théorie thomiste, toute connaissance scientifique humaine tire son origine de l’expérience sensible, en ce sens qu’elle doit être abstraite ou déduite des choses sensibles perçues par les sens ; mais elle suppose essentiellement la vision de quelque chose de nécessaire et d’universel qui transcende la connaissance sensible. 11 s’ensuit que la méthode, pour acquérir et construire toute science humaine, doit être nécessairement inductive et déductive.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  192.  3
    L’un et le multiple dans l’Idée platonicienne.François Goblot - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:95-100.
    I. Problème : Unité et multiplicité.A) Dans le sensible.B) Dans l’idée.II. Solution :A) Cette solution existe.B) Dire que la participation est une relation idéale est exact, mais insuffisant.C) L’insertion de moyens entre l’un et l’infini pose deux nouveaux problèmes :D) L’espèce infime et la multiplication des sensibles. Solution : Unité du monde.E) La division de l’idée en espèces. Sa nécessité. Sa possibilité ; conciliation des contraires. L’idée comme mixte.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  193.  2
    L’élaboration scientifique de la notion de cause.Georges Hostelet - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:3-9.
    Causalité scientifique et sens commun. — Induction expérimentale et causalité. — Causalité simple et finalité. — Causalité et acte volontaire. — Statistique, probabilité et hasard. — L’ordre et le fortuit. — La cause selon les philosophes : Descartes et Pascal. — M. Brunschvicg et Émile Meyerson. — Le postulat de l’indépendance des séries causales. — Les causes et les lois.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  194.  2
    Sur les fondements logiques de l’histoire.B. Jasinowski - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:39-48.
    La fonction et la notion de la période correspondent, en matière d’histoire, à celles du concept général dans les sciences systématiques. Lee fondements de la classification scientifique, jetés par Aristote, ont été de tout temps l’objet de recherches approfondies ; il n’en est pas de même de la pério- dologie. Les différences en question que l’on s’est proposé, ici, de faire ressortir, se présentent comme suit :Classification Périodificationcaractère fixe......................................caractère mouvantle discontinu.........le continucoordination des caractères..............« corrélation subordonnante consécutive »membres de transition rangés (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  195.  5
    Das Methodenproblem bei Vives.Gertrud Jung - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:134-139.
    Rationalisme et scepticisme, attitude critique et profondeur de la vision psychologique, tout cela dans un monde de pensée pénétré d’idées chrétiennes, voilà les points de contact entre Vivès et Descartes. Vivès, participant à l’esprit de la Renaissance, sent le besoin d’une rénovation de la méthode des sciences. Sa théorie de la connaissance : connaissance sensible et connaissance spirituelle ; la mens et la ratio ; les divers degrés de la raison. L’unité de la science.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  196. Les procédés du bon sens et la méthode de la science de l’homme pour David Hume.André Leroy - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:154-160.
    L’esprit humain emploie dans toutes les sciences la même méthode qui comprend : 1° des règles négatives propres à assurer l’indépendance de l’entendement et l’objectivité de ses vues ; 2° des règles positives qui contrôlent la justesse de ses hypothèses ou qui traduisent l’instinct même de connaissance. Cette méthode de soumission aux faits est née pour Hume de la critique des erreurs du sens commun et de la réflexion sur les écrits des moralistes et des philosophes bien plus que de (...)
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  197.  2
    L’immédiat dans les sciences historiques.Chi Mao - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:27-32.
    L’intelligence conçoit un objet et l’étudie ; cela nous donne deux sciences. Quand elle étudie le présent de cet objet nous pouvons appeler cette connaissance simplement, « science » ; quand c’est le passé de cet objet, nous avons une science historique.Nous appelons les vérités immuables de la science, des « immédiats ». Comme ces « immédiats » sont des connaissances du présent, peuvent-ils s’appliquer à la science historique?Cet essai montrera que c’est le même immédiat qui sert de principe d’invention (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  198.  3
    La notion indienne de méthode.P. Masson-Oursel - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:74-76.
    Pour procurer la délivrance en acquérant la connaissance juste, l’Inde ouvre des « voies » à la pensée. Elle emploie, à cet effet, des techniques ou des « psychagogies » en marge du donné naturel, créatrices de faits originaux. D’où ce paradoxe : une extension illimitée de l’expérience, malgré le caractère scolastique du savoir.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  199.  2
    The Logical Character of the Science of Human Conduct.Ludwig von Mises - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:49-55.
    La science des lois générales régissant le comportement humain ne saurait être fondée sur l’expérience, vu que les sciences sociales ne se prêtent pas à l’expérimentation directe et que des complexes de phénomènes, tels que ceux qui s’offrent dans la réalité donnée, ne peuvent servir de base à l’élaboration d’un système scientifique. La Praxéologie, qui est la science exacte du comportement humain et dont l’Économie Politique constitue à ce jour la partie la plus évoluée, ne peut être, par suite, qu’une (...)
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  200.  3
    L’origine dynamique de la notion d’ordre.Jean Nogué - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:10-16.
    Par une analyse portant à la fois sur les caractères de l’ordre et sur la nature de notre activité, l’auteur montre que cette notion a son fondement dans l’acte de la progression. La relation primitive de l’appui à l’élan lui offre le modèle de la notion de sens, tandis que la nécessité de reprendre appui au cours du mouvement rend compte de l’apparition de termes intermédiaires. L’adjonction d’éléments sensibles à l’acte pur du mouvement permet ensuite d’expliquer le renversement du sens (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  201.  3
    Nicolas de Cues, théoricien de la Méthode.Maurice Patronnier de Gandillac - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:127-133.
    Le Cusain fait pressentir les directions modernes du problème de la méthode, d’abord par le rôle que jouent chez lui la purification de l’intellect par rapport aux doctrines apprises et l’analyse réflexive de la conscience à l’oeuvre, ensuite par le privilège qu’il reconnaît aux mathématiques d’apporter à l’esprit qui les construit, sinon une précision en soi inaccessible, du moins une orientation sûre et féconde de la déduction, enfin par sa curiosité inventrice d’appareils ingénieux qui permettraient la quantification totale du donné (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  202.  9
    Science et métaphysique dans la méthode de E. Meyerson.Luigi Pelloux - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:161-165.
    La méthode de Meyerson est une méthode logique ; appliquée d’une façon différente soit à l’étude de la pensée qui se dirige vers l’élaboration de la science, soit à son exercice spontané. Cette méthode logique comporte des conclusions qui empêchent la connaissance d’atteindre le réel dans son intégrité. Il s’en suit l’impossibilité d’arriver à une unification complète de ce réel même.. Une vraie métaphysique manque à Meyerson. 11 est nécessaire, pour y parvenir, de dépasser les présupposés phénoménistes de Meyerson, et (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  203.  19
    Platon et Kant.Hugo Perls - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:77-82.
    Kant, sans connaître les textes originaux, reproche à Platon nombre d’infractions au criticisme. La synthèse de sensibilité et d’intelligence dans la théorie de l’expérience, l’échelle des valeurs, les concepts de cause naturelle et de cause libre, la séparation entre âme et corps anticipent l’unité synthétique de l’aperception, le jugement synthétique a priori, l’amphibolie des concepts de réflexion, la topique transcendentale de la doctrine des antinomies. Anticipation du libre arbitre en morale, du génie et du plaisir désintéressé en esthétique.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  204.  6
    De l’invention à la preuve.Jacques Picard - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:17-22.
    Le passage de l’invention à la preuve, c’est le passage du raisonnement analogique qui pose une hypothèse arbitraire, au raisonnement inductif qui donne à cette hypothèse une certaine probabilité ou au raisonnement déductif qui la démontre avec une entière certitude. Ce passage suppose des raisonnements analogiques qui correspondent à l’invention de la preuve.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  205.  6
    La classification des sciences chez Platon.Léon Robin - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:83-88.
    Avec le développement chez Platon d’une conception de l’être commme système de relations hiérarchisées, se développe aussi la méthode de classification, propre à la fois à représenter les essences et à exercer l’esprit à en définir le contenu. La classification des sciences dans le Philèbe est significative : un savoir, ou proprement scientifique ou technique, est d’autant plus élevé qu’il met en oeuvre une représentation plus rigoureuse du contenu des essences.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  206.  2
    The Discourse on Method in Republic.Richard Robinson - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:108-113.
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  207.  1
    Science et mythe.Pierre-Maxime Schuhl - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:63-65.
    L’opposition platonicienne de la Science et du Mythe, l’opposition cartésienne de la raison et de l’imagination se retrouvent dans l’effort de la physique contemporaine pour éliminer les images adventices, bien qu’aujour- d’hui comme naguère, images et mythes offrent, avec un secours pour l’invention, le seul moyen de présenter au profane une approximation concrète, d’ailleurs nécessairement inadéquate, des théories scientifiques.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  208.  1
    Le langage des sciences et la méthode de l’esthétique.Plus Servien - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:23-26.
    Nous réservons ce nom de langage des sciences à l’ensemble des phrases qui admettent des équivalentes ; domaine restreint du langage total, dont les sciences ne sortent pas. Les phrases y ont un sens unique, fixe, sur lequel l’accord commun s’établit, vérifiable. Ce sens est indépendant du rythme. Définir, résumer, traduire rigoureusement, n’est possible que dans ce domaine restreint de vocabulaire et de syntaxe. Ce qui dessine un pôle opposé du langage, celui des sens-rythmes, aux propriétés toutes contraires. Ces notions, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  209.  4
    L’Epinomis et le mouvement scientifico-religieux de l’Académie.Joseph Souilhé - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:89-94.
    Le dialogue pseudo-platonicien Epinomis retrace une image assez exacte de ce que fut le mouvement intellectuel de l’Académie après la mort de Platon. Les traits suivants peuvent définir ses principales directions : 1° substitution de la théorie du nombre à la doctrine des Idées ; 2° effort pour réaliser l’unité de la science et constituer une hiérarchie des sciences, qui a pour fondement les mathématiques et pour couronnement l’astronomie ; 3° tendance mystique qui consiste à chercher dans la science suprême (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  210.  14
    Les idées d’Aristote sur la méthode.Karl Svoboda - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:114-120.
    Aristote ne fait pas systématiquement dériver les méthodes scientifiques des propriétés générales de la science, qui sont l’exactitude, l’universalité, la causalité ; pourtant ce qu’il dit au sujet des méthodes s’accorde avec ces propriétés. Mises à part les différences dues à l’objet ou au but des diverses sciences, Aristote distingue avant tout deux processus opposés : l’un qui va du particulier au général, l’autre du général au particulier. Le premier, c’est l’induction, le second, la démonstration ; l’induction conduit à l’universel, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  211.  19
    Die Methode und die Grenze der Methode bei Plato.Anna Tumarkin - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:101-107.
    De même que les concepts fondamentaux sont des hypothèses, qui ne peuvent se justifier que par la croyance à la raison, en tant que fondement commun de notre raison et de la conformité du réel à la raison, ainsi pour Platon tous les concepts de valeur sont également des hypothèses qui trouvent leur justification dernière dans une croyance qui dépasse toute hypothèse, dans la croyance au Bien en soi, comme Idée dominant toute vie et toute réalité.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  212.  4
    Die Einheit der Wissenschaft im symbolischen Weltbild der alten Kulturvölker.Werner Wolff - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 5:66-73.
    L’unité de la science, telle qu’elle est comprise dans l’image symbolique du monde des primitifs, repose sur le concept de correspondance. Elle suppose que le monde est un organisme dont toutes les parties se correspondent, que tout événement d’une sphère du monde a sa conséquence dans les autres sphères, que le monde est soumis à des lois qui constituent la meilleure des harmonies, d’où dérivent les règles de la conduite morale.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  213.  4
    Le philosophe et l’existence.Nicolas Berdiaeff - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:43-50.
    La recherche de l’objectivité de la connaissance. La philosophie et la personne du philosophe. Le postulat de la raison supra-humaine dans la « philosophie objective ». Raison universelle et conscience moyenne. L’être n’est accessible qu’à travers l’existence humaine. La neutralité de la raison est une fiction. Importance de la sociologie de la connaissance : origine sociale de l'obligation logique. La « philosophie existentielle » chez Heidegger et Jaspers. Problèmes abstraits et problèmes vécus.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  214.  34
    Einheit der Wissenschaft durch Einheit der Sprache.Rudolf Carnap - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:51-57.
    II у a une unité du langage scientifique : les concepts des diverses branches de la science peuvent se réduire à une base commune, à savoir au « langage de choses » de la vie quotidienne. Mais il n’existe pas présentement de système unique des lois de la science : c’est là un but auquel tend la science, sur le fondement de l'unité présente du langage scientifique.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  215.  5
    Le problème de la raison.Federigo Enriques - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:3-6.
    La raison ne peut être conçue à la manière kantienne ; elle n’est pas intuition capable de jugements synthétiques à priori, ni simple intellect discursif, faculté de jugements analytiques et tautologiques. Elle s’exprime par des tendances formelles qui composent avec l’expérience, de sorte que l'evolution historique de la science nous montre une adaptation progressive et réciproque de la réalité sensible à la raison et de celle-ci à la réalité. Par la critique des concepts on saisit la raison se déployant à (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  216. Zur Personalität des Weltlogos.Paul Feldkeller - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:7-14.
    La logique moderne, à l’opposé de la logique antique, est devenue, de philosophie, science positive. Elle est devenue un mécanisme, notamment sous l'influence de Leibniz, dont l’ideal était une machine à penser. Bolzano, la Phénoménologie et la Logistique ont rendu l’erreur plus grossière encore. La logique antique était au contraire une logique personnaliste, eile supposait un sujet intelligent. Sans un tel sujet logique, il ne peut être question de « comprendre », ni d’interpréter la « pensée » de l’homme et (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  217.  6
    De la possibilité de la méthode qualitative dans les Sciences.J. -L. Fischer - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:127-136.
    A côté de la méthode quantitative, qui étudie avec tant de succès les données du domaine inorganique par les relations quantitatives formelles, il faut établir la méthode qualitative, qui examinerait les données du domaine organique, psychique et culturel à l'aide des relations qualitatives matérielles ; et cela, en éclaircissant le sens reel de ces données au moyen de leur destination fonctionnelle. Cette destination une fois fixée, il devient possible de déterminer les conditions de son objectivation plus ou moins adéquate.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  218.  1
    Scienza e metodi di conoscenza.Ettore Galli - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:27-30.
    La raison et l’expérience. La logique. Les méthodes logico-mathématiques comme instruments de recherche, non de découverte. L’universalité ; son fondement: l’attente subjective. La raison constate des rapports entre ses objets : ses conclusions doivent être prouvées par l’experience.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  219.  8
    L’unité de la connaissance scientifique.F. Gonseth - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:58-69.
    1. La recherche des sources de la pensée produit un effet libérateur. — 2, 3. On trouve chez Descartes la source de la doctrine d’une science rationnelle et autonome. — 4-7. Cette idée inspire certains essais méthodiques modernes, dont l'origine cartésienne paraît assurée. — 8. En revanche, l’évidence géométrique a perdu son fondement traditionnel avec la découverte des géométrics non euclidiennes. — 9. A la certitude totale se substitue la vérité pratiquement assurée. — 10. Le sens d’aucune notion n’est fixé (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  220.  16
    Das Problem einer Grundwissenschaft.Ernst Harms - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:137-143.
    Pour éclaircir problème de la science fondamentale, on doit s’assurer qu’il n’y a pas, dans le champ actuel de la science, de science spéciale qui puisse faire fonction, pour toutes les autres, de science fondamentale. Une vraie science fondamentale générale pourrait se développer à partir de la théorie actuelle des sciences, si cette théorie était méthodiquement construite. А côté, il у a une science fondamentale partielle qui consiste dans la pénétration réciproque des diverses sciences spéciales et de leur méthode. II (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  221.  4
    Der korrelative Gegensatz von Sach-Erkenntnis und Sinn-Erkenntnis.Paul Hofmann - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:182-189.
    Le sens désigne la subjectivité du sujet. II n’est pas seulement une disposition effective de l'âme, de lui il у a aussi un savoir. Le savoir du sens appartient à la connaissance, et il s’oriente vers une verité ou exactitude qui lui sont particulières. La connaissance de la chose et la connaissance du sens se distinguent par le sens différent qui anime et forme l'une et l'autre. La connaissance de la chose s’accomplit par la transcendance, par l’addition de l'autre à (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  222.  2
    La raison et l’intuition dans la connaissance philosophique.B. Jakovenko - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:15-22.
    1. Le criticisme philosophique. — 2. L’objectivisme et le subjectivisme. — 3. Deux étapes de la critique philosophique. — 4. Deux caractères fondamentaux de la connaissance philosophique. — 5. Le mysticisme critique et rationnel ou le transcendentalisme.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  223.  2
    Épistemologie et sociologie.G. Jampoler - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:118-126.
    En analysant comparativement les notions fondamentales de toutes les disciplines scientifiques, la philosophie doit suivre systématiquement les progrès de l'unité logique de la science et esquisser une hiérarchie de valeurs fondée sur cette unité. Le principal obstacle à cette unité est la différence de niveau scientifique ent re les sciences de la nature et les sciences historiques : les notions fondamentales de celles-ci n’étant que peu nombreuses, et manquant de clarté et de précision logique. C’est la première tâche des sciences (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  224.  1
    Le sens de la méthode intuitive.P. Jurevičs - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:195-201.
    Le véritable sens de l'intuitivisme est l’aspiration à une connaissance absolument complète et intégrale qui s’identifierait avec l’être. Cet idéal, suggéré à la fois par le caractère incomplet de la connaissance intellectuelle et par certains besoins sentimentaux de l'homme, est comme tel irréalisable et ne permet ou’on s’en approche que faiblement. Mais, souvent présent dans l'arne des philosophes, son examen peut par là contribuer beaucoup à l'explication de certains faits de l'histoire de la philosophie : des traits qui apparentent la (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  225.  11
    Idee de la methodologie generale Praxeologie.Tadeusz Kotarbiński - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:190-194.
    1. Directives méthodologiques de Descartes. — 2. Définition de la méthodologie générale. Trois sections de la praxéologie : détermination des notions, typologie et critique des notions, partie normative. — 3. Détermination des notions praxéologiques. — 4. Typologie et critique des actions : a) Description et enregistrement des diverses formes de l’action ; b) exemples de progrés pratique ; c) exemples de pathologie de l’action. — 5. Normes de la méthodologie générale. — 6. Élements praxéologiques des autres sciences. — 7. Ce (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  226.  8
    Ueber den Begriff der Wahrheit und das Grundlagenproblem der Erkenntnis.Julius Kraft - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:208-214.
    L’état présent de la philosophie est la contre-partie vivante de la recherche cartésienne de la vérité : la philosophie actuelle cherche а éliminer la notion de vérité. Afin d’éviter ce scepticisme, on déteгmine d’abord la notion de vérité d’après la formule classique : adaequatio rei et intellectus. Puis on introduit le probleme des fondements de la connaissanec en distinguant la notion de vérité et le critère de la vérité, en montrant que la confusion entre les deux amène à la mystique (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  227.  23
    Le rythme des Sciences et le rythme de leurs méthodes.Émile Lasbax - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:144-150.
    Trois idées sont proposées ici : 1° L’explication scientifique, que Descartes regardait comme une extension logique progressive du point de vue mathématique aux différents plans du savoir, doit céder aujourd’hui la place à une explication chronologique de l'ordre d’apparition des diverses sciences. 2° Cet ordre suit un rythme qui débute par la physique, pour descendre à la mathématique, et remonter ensuite à la biologie, 3° Cette succession correspond au rythme analogue de la vie de la pensée : intuition, abaissement vers (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  228.  3
    I rapporti tra la filosofia e la scienza nel pensiero contemporaneo.Adolfo Levi - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:151-158.
    L’auteur, après avoir brièvement examiné et discuté le néo-réalisme américain, qui subordonne la philosophie à la science, le logicisme de l’école de Marburg, et l’idéalisme critique de Brunschvicg qui la réduisent à une gnoséologie de la pensée scientifique, et l'idéalisme historiciste de Croce et de Gentile, qui déyalue la science, conclut que la philosophie peut enseigner à la science si eile a la possibilté de saisir la réalité objective, mais qu’elle doit apprendre d’elle à critiquer les principes ou propositions acceptés (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  229.  7
    Sur les éléments métaphysiques et empiriques dans la Science.Maria Lutman-Kokoszyńska - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:108-117.
    Les méthodes métaphysiques s’introduisent dans la science par une voie illégitime. Chaque proposition métaphysique pourrait cependant figurer dans le langage scientifique. L’intérêt pour le problème métaphysique ne disparaît de la science qu’en un seul cas : quand ces problèmes ne se laissent résoudre ni par les conventions acceptées, ni par l’expérience.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  230.  2
    La méthode de simplification complexive et l’unité des sciences.G. Malfitano, A. Bollengier & A. Honnelaitre - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:159-165.
    Le Programme de cе Congrès, pour unifier la diversité des communications, propose six problèmes et six thèmes, formant un tout cohérent. Tout ensemble compliqué, étant dénombré, est réductible en un complexe qui d’autant mieux qu’il est plus ordonné, forme une simple unité. Discernons dans chacune et dans l’ensemble des notions, les trois acceptions les plus antinomiques, partant complémentaires, réunissons-les moyennant une plus générale, les autres seront coordonnées entre ces quatre, formant un complexe tétra-univoque. La coordination unitaire-trinitaire, la seule complète, est (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  231.  32
    Nécessité et faillites de la méthode et des méthodes.A. Mansion - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:175-181.
    Méthodes d’invention et méthodes de démonstration. Comment les grands penseurs ont cru que la méthode de démonstration dont ils ont usé dans les sujets qu’ils ont traités était une méthode universelle d’invention, applicable à tout sujet. L’affirmation qu’une pareille méthode d’invention est possible repose sur le postulat de la similitude entre les objets connus effectivement par eile et tous les autres objets. Pourquoi une pareille extension est imprévisible : l’efficacité d’une méthode n’apparaît que dans les vérités une fois découvertes.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  232.  3
    A Critique of Positivism.Arthur E. Murphy - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:70-76.
    Le positivisme, de Comte à Carnap, a marqué une étape dans le développement d’une science spéciale en dehors des sujets traités jusque là par la philosophie. Cette communication montre que la « syntaxe logique » de Carnap comme la « synthèse subjective » de Comte est un hybride, — une tranche de la philosophie en train de devenir science, et essayant, à l’étape intermédiaire de son processus, d’être à la fois science et philosophie.
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  233.  7
    Prognosen und Terminologie in Physik, Biologie, Soziologie.Otto Neurath - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:77-85.
    L'induction géneralisante et l'induction extrapolante : leur usage dans l'empirisme logique. La formation des théories et leur contrôle dépendent de la forme du langage. Dans l'empirisme scientifique, les prévisions, appropriées au contrôle, sont : 1° inductivement fondées et pratiquement contrôlables ; 2° ou bien inductivement fondées et pratiquement incontrôlables ; 3° ou bien non fondées inductivement et pratiquement contrôlables ; 4° ou bien non fondées inductivement et pratiquement incontrôlables. Nous ne disposons pas de règles générales d’induction ou de contrôle ; (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  234.  6
    Esprit et raison.Dominique Parodi - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:23-26.
    Distinction de l'esprit et de la raison. L’élément de nécessité et l'élément de liberté impliqués l’un et l'autre dans tous les champs d’application de la raison. L’esprit est l’activité concrète qui, découvrant et acceptant sa loi immanente, devient raison.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  235.  12
    L’origine de la méthode.H. J. Pos - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:31-36.
    Le rôle de la méthode. La question de l'origine de la méthode est une question philosophique. Théorie biologique de la méthode ; la méthode moyen de défense ; critique de cette théorie. Origine transcendantale de la méthode. Caractère spirituel de la méthode. Méthode et calcul; leur différence. La vоlоnté, caractéristique de la raison et facteur constitutif de la méthode. Caractère esthétique de la méthode.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  236.  3
    La philosophie scientifique.Hans Reichenbach - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:86-91.
    La philosophie scientifique de nos jours prend son point de départ, non dans les propositions certaines des mathématiques, suivant l’exemple de Descartes, mais dans les énoncés probabilitaires des sciences empiriques, dont le modèle est la physique. Les mathématiques sont certaines, mais vides de contenu : ce sont de pures tautologies qui n’imposent aucune restriction au réel. Les éпоncés de la physique sont doués de contenu, mais ils ne sont pas certains parce qu’ils formulent des prédictions : ils ne sont pas (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   2 citations  
  237.  1
    Esquisse d’une noétique générale.L. Rieger - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:166-173.
    Méthode : la noétique générale procède, par réflexion critique, à l’analyse et reconstruction logique de toute connaissance, comme activité déterminant de pures différences de formes et trouve le fondement dernier de toute connaissance dans le sens de valeur objective, qui est norme autonome logique.C'est une théorie radicale d’activité constructive-formelle, de connaissance objectivante fondée sur l’autonomie normative logique.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  238.  6
    La révolution cartésienne et l’empirisme logique.Louis Rougier - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:92-98.
    La révolution cartésienne, suivant son interprète le plus récent, aurait consisté à rompre avec le réalisme méthodique d’Aristote et de l’École, allant de l’être à la pensée, pour conclure de la pensée à l’être, si bien que Descartes serait le père de l’idealisme moderne. En réalité Descartes, idéaliste en théorie, est réaliste en pratique : l'acte de connaître consiste dans la saisie des essences, des matières simples, c’est-à-dire dans l'appréhension d’une гéаlité distincte de l’esprit.La révolution philosophique des temps modernes a (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  239.  17
    Zur Methodologie des Streites zwischen Vitalismus und Mechanismus.H. Rudy - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:215-220.
    D’une recherche méthodologique plus fournie du conflit entre vitalisme et mécanisme résulterait que la réduction des lois physiologiques et biologiques aux lois physico-chimiques est aussi philosophiquement intenable que la réduction des concepts biologiques aux concepts physico-chimiques. De l’as- sertion qu’il n’y a pas de lien de causalité entre phénomènes organiques et phénomenes inorganiques, ou entre faits psychiques et faits physiques résulte cette conséquence que les faits organiques ne s’expliquent que grâce à des méthodes de recherche biologiques, et les faits inorganiques (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  240.  8
    L’école de Vienne et la philosophie traditionnelle.Moritz Schlick - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:99-107.
    L’École de Vienne distingue les problèmes scientifiques et les problèmes philosophiques : les premiers sont relatifs à la vérité ou à la fausseté de propositions ; les seconds sont relatifs au sens des propositions, c’est-à-dire aux moyens de les vérifier ou de les infirmer, un problème étant vide de senssion n’a aucun moyen de répondre par oui ou par non à la question qu’il formule. А ce titre, Socrate apparaît comme le père de la philosophie, et l’erreur de la métaphysique (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   2 citations  
  241.  6
    L’unité dans la diversité des méthodes.Marin Stefanesco - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:202-207.
    En me posant le probleme de la méthode, je constate une diversité de solutions, et énetudiant cette diversité, je suis conduit à examiner, entre autres, la doctrine chrétienne.Mais pour comprendre cette doctrine, il faut que nous commencions par la priere, c’est-à-dire par la purification. Car c’est ainsi qu’en fait le christianisme commence toute action. Et alors, nous pouvons voir que la méthode cherchée est la croyance, mais sous des formes différentes : instinct, sensibilité, expérience, raison, pensée, esprit.Il у a donc (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  242.  6
    La justification des postulats de la raison.P. Leon Veuthey - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 4:37-42.
    Aristote, tout aussi bien que Descartes et Kant, fonde en fait la science sur les exigences ou postulats de la raison. L’idéalisme moderne justifie ces postulats en considérant le monde comme l’expression de l’esprit; c’est là une solution traditionnelle remontant à l'antique théorie du Logos ; seulement les idéalistes nient la dualité de l’être et de la pensée ; à cette doctrine d’immanence, on oppose une doctrine ou l’etre et la pensée tirent leur unité ou homogénéité relative d’une unité transcendante, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  243.  5
    Descartes’ Influence in Seventeenth-Century England.Paul Russell Anderson - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:113-121.
    Descartes a occupé le centre de la scène intellectuelle en Angleterre bien que son influence ait été due à des circonstances accidentelles et à de vigoureuses critiques plutôt qu’à des disciples consciencieux. Son rationalisme offrait la certitude en religion et une interprétation de la science. Mélangé à l’expéri- mentalisme anglais, il a créé une ambiguïté dans la méthode scientifique et il a conduit à des controverses sur la nature de la connaissance. Son mécanisme a inspiré une étude critique et il (...)
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  244.  2
    Die Einflüsse der cartesischen Philosophie in Deutschland.Ernst Bergmann - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:105-112.
    Descartes a très fortement influé sur divers penseurs allemands du xviie siècle, avant tout sur Leibniz. Dans la formation de sa théorie de la connaissance et de sa Monadologie, celui-ci a reçu de Descartes des suggestions décisives. Au xvme siècle, avant Kant, le rationalisme de Descartes fait encore beaucoup pour déterminer la méthode et les problèmes de la philosophie allemande, par sa théorie de la substance. L’idéalisme allemand créé par Kant, de même que le néokantisme dans la seconde moitié du (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  245.  12
    Slato attuale degli studi cartesiani in Italia.Edilio Chiriotti - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:127-133.
    Partant du réveil des études philosophiques en Italie au début du siècle, on cite les principales traductions et les commentaires italiens des oeuvres de Descartes ; on examine les études cartésiennes dues aux penseurs appartenant au courant idéaliste en Italie, et, après avoir parlé d’un récent commentaire du Discours de la Méthode, on termine par les études cartésiennes du courant néoscolastique de l’Université Catholique de Milan, qui aboutissent au volume de M. Olgiati.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  246.  5
    Carnéade et Descartes.Pierre Couissin - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:9-16.
    Comme Descartes, Carnéade professe le doute universel et le fonde sur l’existence de l’erreur. Ce doute est de même nature que celui de Descartes : c’est une décision de suspendre l’assentiment sur tout ce qui n’est pas certain ; il postule une conception volontariste de l’assentiment, ce qui le distingue de l’indifférence pyrrhonienne. C’est un doute méthodique et, de même, le doute cartésien est réel et sincère. Il existe aussi un « cogito carnéadien » ; mais, tandis que Descartes tire (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  247.  2
    Méthode positive et méthode cartésienne.Pierre Ducassé - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:81-87.
    Nous nous proposons essentiellement dans cette communication de poser le problème des rapports logiques et historiques entre méthode positive et méthode cartésienne, et, surtout, d’en faire apparaître l’importance « actuelle » pour la philosophie des sciences.Une telle enquête nous semble utile pour préciser le sens que revêt le mot «positif » dans la Méthodologie contemporaine, parce que la filiation historique et logique du positivisme au cartésianisme offre un exemple caractéristique de brutale discontinuité apparente, de profonde continuité réelle entre deux formes (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  248.  5
    Descartes und der scholastische Gedanke.Hans Eibl - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:17-24.
    La philosophie de Descartes se distingue de la haute scolastique par le point de départ gnoséologique et par le dualisme de la substance qui pense et de la substance étendue, sans reconnaissance d’êtres intermédiaires. Mais elle a en commun avec les nominalistes du moyen âge :1° la fondation de la philosophie sur le principe gnoséologique Cogito ergo sum, que certains nominalistes français avaient renouvelé d’après Saint-Augustin ;2° la méfiance contre les concepts universaux et la prédilection pour l’intuition d’où est sorti (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  249.  10
    Descartes im Urteil Schellings.Arnold Gehlen - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:70-74.
    1. D’après Schelling, la marque essentielle du monde moderne est la séparation entre le fini et l’infini, le « dédoublement ». — 2. De là suit la subjectivité de l’absolu relativement à l’objectivité du limité et la tendance de la religion et de la métaphysique modernes à « sauver le limité ». — 3. D’après Schelling, Descartes a donné de ce dédoublement une expression scientifique, et la philosophie critique n’est que l’accomplissement du développement qui commence avec lui. — 4. Contre (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  250.  5
    Du « Cogito » au « Credo ».Jean Grenier - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:94-98.
    Il faut distinguer, chez Descartes, le passage du Cogito à Dieu du passage de Dieu à l’attribut de véracité. En passant du Cogito à Dieu, l’on ne sort pas du royaume de la pensée, et la réflexion cartésienne est jusque là parallèle à la réflexion hindoue identifiant Atman et Brahman. Mais en passant de l’existence de Dieu à cet attribut privilégié, qui fait Dieu source de toute lumière et incapable de nous tromper, il introduit une croyance : c’est là qu’est (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  251.  5
    Le Cartésianisme en Hongrie.Joseph Halasy-Nagy - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:122-126.
    Les idées cartésiennes furent apportées en Hongrie par des étudiants, ayant fait leurs études dans les universités hollandaises, d’abord à Utrecht et un peu plus tard à Leyde. En Hongrie même et malgré la difficulté, plusieurs ouvrages parurent à la fin du dix-septième siècle, inspirés par l’esprit rénovateur du cartésianisme.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  252.  12
    L’état actuel des études cartésiennes au Japon.Genyoku Kuwaki - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:134-139.
    La philosophie occidentale introduite au Japon fut d’abord la philosophie anglo-américaine ; puis la philosophie allemande et la philosophie classique. Pourtant quelques penseurs français y étaient aussi très connus. Descartes a été, en premier lieu, un objet d’étude pour les philosophes spécialement au point de vue de l’histoire de la philosophie. Peu à peu, on l’étudia plus en détail, et quelques problèmes en furent ensuite examinés au point de vue de la philosophie systématique. Cette transformation de la méthode des études (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  253.  3
    Il medievalismo di Cartesio.Virgilio Lazzeroni Albani - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:25-31.
    L’auteur examine les rapports entre la philosophie cartésienne et la pensée médiévale, en rejoignant Descartes au rationalisme chrétien et à l’apriorisme de Duns Scot, comme tentative d’établir une théorie de la connaissance et une logique a priori.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  254.  5
    L’influence de l’esprit cartésien dans le droit.Alessandro Levi - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:49-54.
    Étudier le droit chez Descartes n’aurait qu’un intérêt biographique. Mieux vaut aborder la question inverse : l’influence du cartésianisme, ou plutôt de l’esprit cartésien, dans le droit. Le droit naturel a été influencé surtout par les idées innées, conception dépassée, mais l’affirmation de droits individuels intangibles est un avantage impérissable. La nécessité cartésienne d’idées claires et distinctes est, d’autre part, le principe même de la codification ; dans ses limites formelles, celle-ci doit s’inspirer du rationalisme déductif.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  255.  6
    L’évidence cartésienne et la science contemporaine.Angiolo Maros Dell’Oro - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:88-93.
    Descartes a considéré l’évidence, garantie par Dieu, comme un signe de certitude ; mais dès qu’on s’aperçoit que l’évidence change d’objet au cours du temps, l’attitude cartésienne est impossible. Descartes, convaincu de l’accord entre notre raison et la raison des choses, part de la raison pour expliquer a priori les choses. Inversement, nous partons de l’expérience, sans aucun préjugé a priori : si nous employons des idées pour féconder les faits, nous ne considérons ces idées que comme des instruments de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  256.  7
    Descartes’ «Cogito» und der deutsche Idealismus.Fritz Medicus - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:55-62.
    L’histoire du Cogito ergo sum de Descartes montre la problématique de l’esprit moderne. Leibniz et Kant ont insisté sur le conditionnement empirique de la proposition. Fichte l’a défendue, en la rapportant au moi supra- individuel. Schelling et Hegel ont combattu le Cogito, qui a introduit le dualisme moderne entre l’esprit et la nature. La critique la plus pressante est celle de Schelling ; cependant Hegel et lui ont reconnu comme un grand événement historique la séparation, opérée par Descartes, entre la (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  257. La méthode de Condillac et de Descartes.Ferdinand Pelikán - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:43-48.
    Condillac emploie une méthode d’analyse qui, par certains traits, le rapproche de Descartes, mais, d’autre part, tout le « fictionalisme » moderne, celui de Taine et des psychiâtres comme Ribot, vient de lui ; l’unité du moi, selon cet illusionnisme, n’est due qu’à la constance du tempérament organique. A cet illusionnisme de Taine s’oppose la continuité vécue de Bergson.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  258. Cartesianesimo e spinozismo nel pensiero del Tschirnhaus.Giorgio Radetti - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:32-36.
    L’étude de la pensée de Tschirnhaus, soit dans ses lettres à Spinoza, soit dans sa Medicina mentis, peut contribuer à éclairer les rapports de Descartes et de Spinoza. Tschirnhaus, en effet, s’efforce, pour comprendre la philosophie spinoziste, de la traduire en des termes accessibles à la mentalité cartésienne ; il s’ensuit que le rationalisme spinoziste s’exprime, chez Tschirnhaus, en termes foncièrement réalistes.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  259.  4
    Le platonisme de Descartes.Paolo Rotta - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:3-8.
    D’une constatation générique du platonisme chez Descartes, l’auteur passe à la considération de cette direction platonicienne dans les éléments analysés du cartésianisme. Les éléments maîtres du cartésianisme sont le cogito, l’innéisme, le nouveau critère de vérité, la démonstration de l’existence de Dieu et de la Nature, le binôme res cogitans et res extensa, enfin le mécanisme. L’auteur, quoique brièvement, passe une revue analytique de ces éléments, pour montrer qu’en chacun d’eux on constate et retrouve des thèmes du platonisme, de sorte (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  260.  4
    Die cartesianische Reflexion und die Methode der Denker des Deutschen Idealismus.J. Schwarz - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:63-69.
    Le principe cartésien du Cogito, au sens de la philosophie idéaliste, ne doit pas être compris comme une simple position mais comme un mouvement de pensée, qui parcourt une suite de stades. En ce sens, il devient un moment fondamental de sa méthode philosophique. Au moyen de ce mouvement de pensée, la conscience pensante appréhende les possibilités d’être, déposées en elle comme les fondements d’une forme de science qui doit être construite dans la pensée pure. Ces possibilités d’être, Fichte, Schelling (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  261.  10
    Descartes’ Method in the Light of Hindu Metaphysics.Prabhu Dutt Shastri - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:99-104.
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  262.  3
    Descartes et la pensée tchécoslovaque.Joseph Tvrdý - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:140-145.
    Descartes a étudié à Prague, avec l’aide de Tengnagel, les appareils d’astronomie de Brahé. Les renseignements de Baillet, qui expriment un doute à ce sujet, sont contredits par les inventaires, qui ont été conservés, des collections de Rodolphe.Descartes a fait la connaissance personnelle de Comenius, mais leurs idées divergèrent en ce qui concerne les rapports de la religion et de la philosophie.Les jésuites de Prague n’ont commencé à apprécier Descartes qu’à l’époque des lumières. Bolzano, élève d’une université de cette époque, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  263. Chinese Influences in Late Cartesianism.Ralph Tyler Flewelling - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:37-42.
    La science nouvelle, dont la philosophie de Descartes est une lumineuse expression, s’est tournée vers l’étude de la nature. L’intérêt pour le naturalisme s’augmenta grandement grâce aux nouvelles sources d’information concernant la philosophie chinoise. Cette rencontre donna naissance à la théorie de la religion naturelle opposée à la religion révélée, à la théorie de l’éducation naturelle et au mouvement dit physiocratique. La connaissance des influences chinoises repose surtout sur les recherches de quelques savants français, mais elle n’a jamais été convenablement (...)
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  264.  5
    Théorie cartésienne et théorie idéaliste de la connaissance.Adam Zóltowski - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 3:75-80.
    En considérant Descartes comme un précurseur de la philosophie* moderne, on insiste généralement sur les traits qu’il a en commun avec la lignée des philosophes critiques. Cette appréciation de Descartes est certainement correcte, mais elle est incomplète. Il y a donc un grand intérêt à constater que la doctrine cartésienne contient également toute une série d’assertions qui seront indéniablement, de leur côté, les idées directrices des grands systèmes idéalistes. L’unité du savoir, la dépendance réciproque des notions, leur développement nécessaire et (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  265.  8
    Descartes et Gassendi.René Pintard - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:115-122.
    La controverse entre Gassendi et Descartes au sujet des Méditations dut sa violence à l’antagonisme des deux philosophes, non seulement sur la physique et la logique, et sur la méthode, mais aussi sur la métaphysique, Gassendi étant resté, en dépit des apparences, très proche du fidéisme de sa jeunesse. En ce sens, ce conflit particulier est symbolique d’un conflit plus général qui opposa Descartes, en 1638 déjà, et sans doute aussi en 1630, aux représentants du scepticisme fidéiste.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  266.  6
    Y a-t-il une esthétique cartésienne?Victor Basch - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:67-76.
    Un certain nombre de critiques ont affirmé que dans la doctrine de Descartes il n’y a aucune possibilité d’une esthétique. La plupart des autres ont pensé qu’il y avait, dans cette doctrine, tout au moins une esthétique implicite et que cette esthétique, dont ils empruntaient les traits, non à Descartes lui-même, mais à des critiques comme Boileau, d’Aubignae, Bosse, de Chambray, etc., était rigoureusement rationaliste, Descartes ayant « confondu le Beau dans le Vrai ».J’ai essayé de montrer qu’il y a (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  267.  27
    Descartes et la technique.Georges Canguilhem - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:77-85.
    L’activité technique est-elle un simple prolongement de la connaissance objective, comme il est devenu commun de le penser à la suite de la philosophie positiviste, ou bien est-elle l’expression d’un « pouvoir » original, créateur en son fond, et pour lequel la science élaborerait, parfois à la suite, un programme de développement ou un code de précautions? La philosophie cartésienne paraît avoir abordé de face ce problème important et avoir considéré le rapport de la théorie et de la pratique de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   3 citations  
  268.  5
    Les normes de la vie sociale chez Descartes.Petru Comarnesco - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:86-94.
    En examinant l’oeuvre de Descartes et en en découvrant les éléments sociologiques, il nous devient possible de déduire l’horizon social de son système. Descartes mentionne les conditions, les manifestations et les unités sociales. Pour lui, l’individu est partie d’un tout. L’amitié et la générosité sont des sentiments profondément sociaux. Mais la raison met la vie sociale en valeur et c’est elle aussi qui décide, en cas de conflit entre l’individu et la société, lequel des deux a le bon droit de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  269.  4
    Descaries et Comenius.H. -J. de Vleeschauwer - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:109-114.
    Les pages suivantes essaient de résumer brièvement une étude entreprise par l’auteur sur les rapports qui unissent Descartes et Comenius, étude qui sera publiée sous peu in extenso. On y joindra évidemment les textes, les extraits des documents contemporains, bref tout l’appareil scientifique assez considérable que comporte une étude de nature historique. Mais ici, à mon grand regret, j’ai été obligé de supprimer toute la documentation qui doit étayer l’exposé que l’on trouvera ci-après. Il lui manque en outre l’esquisse des (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  270.  5
    La place du moment cartésien dans l’histoire de la pensée morale.E. Dupréel - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:95-100.
    Abordée pair le côté de la morale, on ne voit pas que la philosophie cartésienne soit ce qui a donné à la spéculation moderne son inflexion décisive. Ne renonçant sur aucun point à l’universelle autorité du Sage éclairé par la Science, l’esprit cartésien couronne l’âge classique, inauguré par la science grecque, et dont le postulat fondamental est l’unicité de la valeur. L’esprit moderne est un repli vers la pluralité des valeurs.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  271.  27
    En quoi consiste l’idéalisme cartésien?S. V. Keeling - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:3-8.
    L’objet de cette communication est de préciser, autant qu’il me sera possible, le sens dans lequel le cartésianisme pourrait se qualifier d’idéalisme, en décelant deux conceptions logiquement indépendantes qui y sont ordinairement entremêlées ; les considérer par rapport à la doctrine des natures simples, et ensuite signaler deux contradictions qui paraissent insurmontables dans l’épistémologie cartésienne en tant qu’elle est interprétée comme un idéalisme.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  272.  12
    Galilée et Descartes.Alexandre Koyré - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:41-46.
    — 1. Les rapports entre Galilée et Descartes : état actuel de la question. — 2-3. L’erreur de l’interprétation traditionnelle. — 4. Gomment elle provient de Descartes lui-même. — 5. L’erreur de Descartes. — 6. Les expériences de Galilée sont interprétées à tort comme preuves expérimentales. — 7. Rôle de l’expérience. — 8. et de la raison. — 9. Expérience et mathématiques. — 10. L’innéisme chez Galilée. —11. Le platonisme de Galilée. —12. Son attitude semblable à celle de Descartes.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  273.  7
    L’idée de « liaison nécessaire » chez Descartes.Jean Laporte - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:9-14.
    L’idée de liaison nécessaire joue dans la philosophie de Descartes un rôle non moins central que dans celle de Hume ou de Kant. Elle ne peut être exactement considérée ni comme analytique, ni comme synthétique. Elle exprime un rapport sui generis, que met en lumière l’opposition de la distinction de raison et de la distinction réelle, et qui se révèle à l’état pur dans la notion de substance.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  274.  1
    Sur les obscurités de la Géométrie de Descartes.Gérard Milhaud - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:21-26.
    Descartes a-t-il vraiment désiré en 1637 obscurcir la Géométrie ou bien ses déclarations, d’ailleurs postérieures à 1637, ne sont-elles pas de simples réactions de défense dues à ce que les psychologues modernes pourraient nommer « le complexe cartésien »?Quelle est la nature de ces obscurités? étaient-elles susceptibles de cacher aux « géomètres de Paris » les découvertes de Descartes?Enfin, qu’en résulte-t-il relativement à l’originalité de son oeuvre mathématique et à l’unité de sa pensée philosophique?
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  275.  8
    La théorie cartésienne de l’arc-en-ciel.Paul Mouy - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:47-53.
    C’est à Maurolic, et non à Dominis, comme l’ont dit certains auteurs, que, selon nous, Descartes doit quelques éléments de son explication de l’arc- en-ciel, en particulier l’idée du rôle fondamental et de la position relative générale du soleil et des gouttes d’eau.Mais cette théorie, magistrale application de la Méthode, porte surtout la marque du génie cartésien par la forme mathématique que prennent les résultats des expériences.Lies physiciens cartésiens la reproduisirent. Malebranche l’élargit sous l’influence de Huygens et de Newton, et (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  276.  2
    Descartes physiologiste.Miguel Ozorio de Almeida - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:54-59.
    Les travaux physiologiques de Descartes suivent une orientation aprioristique et peuvent être considérés comme l’énoncé d’un programme de recherches, d’idées de travail déduites de son système philosophique. Descartes croyait possible de réduire les phénomènes physiologiques à des combinaisons de phénomènes physiques. L’expérience devait, selon lui, décider lequel, parmi les mécanismes théoriquement possibles, était le réel. Quelques phénomènes qu’il a imaginés furent postérieurement confirmés. L’orientation physicochimique de la plupart des physiologistes actuels est l’élargissement du chemin indiqué par Descartes.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  277. L’illumination de René Descartes rosi-crucien.Gabriel Persigout - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:123-130.
    L’objet de cette communication est d’aiguiller les études cartésiennes vers une pénétration à la fois historique et critique du rôle que le Rosi- crucisme e pu jouer dans la formation de la pensée cartésienne. Le premier résultat serait de concilier les parties dans une vue supérieure parce qu’initiale du système ; le second, s’il parvenait à déchiffrer l’énigme du songe cartésien, en réintégrerait la donnée dans l’histoire de la pensée ; le troisième tiré des deux autres, offrirait matière à étude (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  278.  10
    Au temps de Descartes. Une polémique ignorée sur la connaissance des animaux.J. -B. Piobetta - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:60-66.
    En 1643, Chanet publie ses Considérations sur la Sagesse de Charon qu’il avait écrites en 1636. Il y attaque la doctrine de Montaigne et de Charron sur la connaissance des animaux. Sa thèse n’aboutit pas ouvertement à la doctrine du réflexe et des animaux-machines, mais elle a une tonalité cartésienne très accentuée.En 1645, Marin Cureau de de la Chambre répond à Chanet par une dissertation intitulée : Quelle est la Connoissance des Bestes et jusques où elle peut aller? Il soutient (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  279.  6
    De Viète à Descartes.Abel Rey - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:27-32.
    On va tenter ici de déterminer le tournant de l’esprit mathématique dans le dernier tiers du xvie siècle et le premier tiers du xvie. Ces deux noms marquent du reste la conscience la plus précise de ce qui va être ajouté à la pensée hellénique dont on a désormais le plein héritage et la transformer. Et ce qui va être ajouté se peut le plus commodément définir en le réintégrant au coeur de l’histoire de la pensée mathématique. Nous ne pouvons, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  280.  19
    The Descartes-Huygens Correspondance.Léon Roth - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:101-108.
    La correspondance entre Descartes et Huygens, quoique maintenant absorbée dans le corpus général des lettres de Descartes, garde son intérêt et son importance propre. A part son caractère unique, comme série complète de lettres échangées entre deux hommes d’une distinction si différente, elle nous montre avec quelle précaution il nous faut accepter le texte des lettres de Clerselier et le récit de Baillet sur la vie de Descartes en Hollande. Et comme toutes les vies de Descartes reposent finalement sur Clerselier (...)
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  281.  5
    Malebranche et les mathématiques.Paul Schrecker - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:33-40.
    La philosophie de Malebranche a servi de cadre à la systématisation des mathématiques du xvie siècle, desquelles elle s’inspire. Éléments qui ont facilité ce rôle : la vérité conçue comme rapport de grandeur, intelligible et réel, entre idées ; la déduction, combinaison de rapports ; la mathématique représente l’ordre et non la substance des choses ; distinction entre comprendre et concevoir, et théorie de l’infini. Le parallélisme mathématico-théologique et la vision en Dieu de l’étendue et des nombres.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  282.  1
    The Nature of Descartes’ Method.K. R. Sreenivasa Iyengar - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 2:15-20.
    On montre ici que la méthode de Descartes n’est pas déductive, mais présuppositionnelle. La logique de présupposition est une forme de logique réaliste qui admet qu’il y a des réels, indépendants l’un de l’autre dans leur essence, et échappant à toute déduction réciproque, mais qui, dans leur existence, soutiennent une relation telle que l’un présuppose l’autre, c’est-à-dire en dépend. Le cogito, le critère cartésien, l’idée de cause, les preuves de l’existence de Dieu, etc., tout cela tire une signification nouvelle et (...)
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  283.  1
    L’importance des Méditations Métaphysiques de Descartes au point de vue de sa méthode.Josef Beneš - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:3-9.
    Les Méditations Métaphysiques constituent une part essentielle de la méthode philosophique. C’est en elles que sont définitivement jetées les bases de la théorie de la connaissance et que sont créées les notions fondamentales d’où découle tout le système. C’est en 1629 que se fixèrent lanoétique et la philosophie de Descartes; à cette époque, il accepta définitivement le dualisme des substances. Quant à la transformation spirituelle qu’il subit, elle nous apparaît par le fait que dans sa jeunesse il avait accepté le (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  284.  2
    Le « Cogito » dans saint Augustin.Charles Bover - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:89-92.
    Le Cogito, chez saint Augustin, permet, comme chez Descartes, d’échapper au doute académique, de prouver l’immatérialité de l’âme, de s’élever à Dieu. Mais, chez saint Augustin, 1° il n’est que l’une des nombreuses vérités qui échappent au sceptique ; il a non pas plus de certitude, mais une certitude plus saisissante que les vérités mathématiques ou les règles morales ; 2° il est destiné à prouver qu’aucune vérité ne peut exister sans dériver de la Vérité qui est Dieu.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  285.  26
    The Fundamental Postulates of the Cartesian System.Sarah Brown - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:10-16.
    E. A. Burtt, dans Metaphysical foundations of modern physic remarque que, «dans toutes les études génétiques qui sont entreprises aujourd’hui avec une telle confiance, la nature précise et les assomptions de la pensée scientifique moderne elle-même n’ont jamais fait l’objet d’une recherche critique réellement désintéressée ». Si cela est vrai dans la science moderne, c’est surtout vrai dans la philosophie moderne. Demander quels sont les postulats d’un système quelconque est devenu une question habituelle, depuis que les mathématiques modernes ont mis (...)
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  286.  1
    Riflessione e trascendenza in Cartesio.Cleto Carbonara - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:93-98.
    La critique spéculative est inconciliable avec le réalisme de la religion et de la science. Les termes de cette antithèse se retrouvent chez Descartes. Le cogito représente, de fait, le moment de la critique qui résout toute réalité dans la pensée, mais qui est en même temps incapable de jeter les fondements d’une construction ontologique ; aussi, quand prévaut, chez Descartes, l’exigence constructive et réaliste, il est contraint de mettre de côté sa première intuition pour poser la réalité de Dieu (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  287.  4
    L’unité de la philosophie de Descartes.Jacques Chevalier - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:17-22.
    L’unité du savoir est assurément le principe, la fin et le dessein de Descartes. Et il apparaît qu’il l’a réalisée dans son oeuvre, pourvu qu’on sache se placer au centre de perspective qui fut celui de l’homme et qui confère au système son unité foncière : je veux dire cette intuition originelle qui, dans son doute même, lui fit saisir tout à la fois son être imparfait et l’Etre parfait et immuable de qui tout dépend.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  288. Les conditions de la liberté dans le système cartésien.M. -A. Cochet - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:147-151.
    Les conditions de la liberté dans le système cartésien sont indiquées par la relation de la liberté qui est infinie et de l’entendement qui est fini. Pour que la liberté se réalise il faut que l’entendement en détermine les conditions et ainsi, le déterminisme se présente comme la technique de la liberté, celle-ci n’étant d’ailleurs épuisée par aucune de ses réalisations. Il en résulte qu’aucune détermination ne peut se dogmatiser sans détruire l’expression libre dont elle représente une halte rapide, mais (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  289.  8
    La fécondité du dualisme cartésien.Jean Delvolvé - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:23-30.
    La forme substantialiste, sous laquelle le dualisme cartésien de la pensée et de l’étendue a été réfuté, n’est que l’aspect d’époque d’une position philosophique d’importance capitale : le dualisme de l’intuition d’être et de la représentation.Ce dualisme constitue l’authentique forme de jeunesse de la philosophie moderne. Les deux siècles suivants n’étaient pas en état d’en poursuivre le développement. Mais à cette tâche invitent notre temps les progrès accomplis de la science et de la réflexion intuitive.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  290.  5
    Der Gebrauch des Prinzipes « cogito ergo sum » in der Descartes’schen Philosophie.Julius Ebbinghaus - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:99-104.
    On montre comment, dans le Cogito ergo sum, l’idée de mon existence, en tant que je pense, est liée à l’idée de mon existence en tant qu'être pensant. Ainsi se fait voir la compatibilité du caractère originaire de cette connaissance d’une existence avec la prééminence de la proposition universelle : pour pouvoir penser, il faut exister. De la recherche sur le rapport du cogito ergo sum avec le principe de clarté et de distinction il résulte que le cercle reproché à (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  291.  3
    Descartes et le problème.Gino Ferretti - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:61-68.
    Le rêve comme motif de scepticisme chez Descartes. — I. Le récit et l’interprétation des trois rêves de Descartes dans les Olympica. La méfiance envers l’imagination et la confiance en l’expérience intellectuelle. — II. La portée du doute sceptique chez Descartes. Le sens de la preuve ontologique dans la pensée occidentale. — III. L’alternative vécue par Descartes, à cause de l’antithèse qu’il admet entre le monde imagination de rêve et le monde réalité intellectuelle. — IV. L’interprétation du rêve et de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  292.  1
    Le verità eterne in Descartes e in Leibniz.Eugenio Golorni - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:132-140.
    Le problème des vérités éternelles et de la liberté en Dieu est le point essentiel de l’opposition de Leibniz au cartésianisme. Caractère thomiste de la thèse leibnizienne. Le contraste se réduit à une opposition entre intellectualisme et volontarisme : car il faut interpréter l’union cartésienne de l’entendement et de la volonté en Dieu au sujet de la création des vérités éternelles, comme une manière d’affirmer le primat de la volonté. Volontarisme et intellectualisme sont les traits essentiels de la pensée de (...)
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  293.  8
    Le grand trompeur et la signification de la métaphysique cartésienne.Henri Gouhier - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:69-73.
    Dieu trompeur et malin génie. La valeur de l’évidence liée au problème de l’origine de l’homme. Le malin génie comme artifice méthodologique qui disparaît après avoir rempli son office. Le rôle de la véracité divine lié à la thèse de la création des vérités éternelles.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  294.  32
    Interprétation existentielle du doute cartésien.Emilio Gouiran - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:80-88.
    La méthode cartésienne est à la fois un procédé et une invention. — 1. L’unité des sciences exige l’unité de l’intelligence ou plutôt de la conscience. La méthode va des mathématiques à la conscience et de la conscience à tous les ordres de réalités. — 2. Là sagesse cartésienne. Le rôle du doute dans la métaphysique : le doute est l’affirmation la plus définitive de l’existence ; il est la certitude de l’être, toute la vérité. La sagesse est un approfondissement (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  295.  19
    Le Cogito e t la notion « pour penser, il faut être ».M. Gueroult - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:53-60.
    Le Cogito n’est pas un raisonnement, mais il est conditionné par la notion « pour penser, il faut être », qui n’est pas une majeure universelle. Cette notion préalable apporte au cogito le caractère des vérités d’entendement : la nécessité, qui ne saurait sortir d’un fait. Le fait du cogito apporte à cette notion une existence qui ne saurait sortir d’elle. Sans la nécessité, pas de critérium de toute vérité surtout mathématique. Sans l’existence, pas de valeur objective.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  296.  5
    Giambattista Vico, critique italien de Descartes.Jean Lameere - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:31-37.
    Vico n’accepte pas l’idée cartésienne d’une méthode universelle et géométrique; il lui reproche de sacrifier l’esprit d’invention à l’esprit critique et d’être impuissante dans tous les problèmes étrangers au nombre ; il place à tort le critère du vrai dans le sens individuel. A la méthode analytique, Vico substitue la méthode synthétique qui compose l’objet à connaître. Pourtant, dans la Scienza nuova, Vico paraît se rapprocher de l’esprit cartésien ; car il suppose que les principes qui gouvernent les sociétés se (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  297.  8
    Descartes’ vernünftiger Zweifel und Kierkegaards Leidenschaft der Verzweiflung.Karl Löwith - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:74-79.
    Kierkegaard pousse à fond le doute raisonnable de Descartes sur l’apparence sensible du monde jusqu’à en faire la passion du doute sur l’existence dans le monde comme telle, pour revenir devant Dieu, à la certitude de la foi. En principe, il admet la distinction cartésienne du moi et du monde. Pour la philosophie hégélienne de la médiation de « l’être soi » et de «l’être autre », ce dualisme appartient à une époque périmée ; mais Nietzsche, par l’échec de son (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  298.  9
    Le Moi de Descartes et la « Psychologie de la Connaissance ».Siegfried Marck - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:173-180.
    Dans la doctrine cartésienne du Cogito, ergo sum, on peut dégager deux idées : l’idée d’une vérité indépendante, fournissant d’elle-même des preuves suffisantes d’authenticité ; l’idée d’une évidence vécue dont toute la force tiendrait à la conscience plus ou moins riche et plus ou moins précise que le moi pourrait prendre de sa réalité intime. L’interprétation cartésienne du moi flotte entre le moi qui se définit par la pensée et le moi qui se définit par l’expérience. Kant, inspiré lui aussi (...)
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  299.  2
    Le conflit de l’essence et de l’existence dans la philosophie cartésienne.Jacques Maritain - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:38-45.
    1. Descartes continue d’ordonner Yopus philosophicum à Yesse. Mais conçoit l’intelligence elle-même d’une façon platonicienne, comme ordonnée aux seules essences. 2. De là la nécessité pour lui de compenser — sans arriver à l’équilibre — une tendance idéaliste par une tendance volontariste. Contrastes qui s’ensuivent. 3. De là aussi la nécessité de procéder à des « coups de force existentiels ». Il semble que l’idéalisme moderne ne puisse pas se passer de coups de force de cette nature.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  300.  8
    L’ascesa a Dio in R. Cartesio ed E. Kant.Amato Masnovo - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:111-117.
    Le professeur Masnovo démontre que déjà dans l’agencement du système cartésien la synthèse a priori est implicite : par là, la voie est ouverte à Emmanuel Kant. Mais comme la position cartésienne est illégitime et contradictoire, de même donc est illégitime et contradictoire la position kantienne.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  301.  13
    L’union de l’'me e t du corps.Pierre Mesnard - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:152-159.
    Parmi tous les points de la doctrine cartésienne il n’en est pas de plus controversé que l'union de l'Ame et du Corps, sur laquelle semble peser encore la condamnation formelle de Spinoza, dans la préface du cinquième livre de l'Éthique. Sans vouloir justifier ici cette notion par l’importance exceptionnelle de la morale que Descartes en a tirée, nous nous proposons d’étudier la manière dont la question s’est précisée au cours des Méditations Métaphysiques et des controverses connexes, et de montrer que (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  302.  2
    Le phénoménisme de Descartes.Francesco Olgiati - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:105-110.
    La philosophie de Descartes n’oscille pas entre un réalisme, presque complètement abandonné par lui, et un idéalisme, dont l’élément essentiel serait l’activité créatrice de l’Esprit. Elle est une forme de phénoménisme, non pas empiriste, mais rationaliste. Sa nouveauté consiste dans une conception propre et originale de la réalité, parce que, pour lui, ce qui apparaît clairement et distinctement à la pensée coïncide avec le réel ontologique. Cette conception métaphysique constitue la clef de tout le système.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  303.  1
    From Defect to Deity.R. F. Piper - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:118-124.
    Le fond du second argument de Descartes, c’est que Dieu est impliqué dans la connaissance de mon imperfection. L’expérience de mon imperfection me révèle un moi qui est fini, réel et spirituel. Un tel moi implique une puissance cosmique qui est réelle et spirituelle, mais qui est aussi infinie et parfaite: en découvrant mes imperfections, je découvre Dieu.
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  304.  3
    La psychologie infantile chez Descartes.Hans Pollnow - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:160-166.
    Les idées émises par Descartes au sujet de la psychologie infantile proviennent de trois sources différentes : 1° la réflexion autobiographique, 2° les expériences de la vie, 3° les conséquences idéologiques du système.Le rapport de ces idées avec la thèse fondamentale du système cartésien. Le rôle de l’âme dans l’embryologie cartésienne. La psychologie de l’enfance. La transition à l’âge mûr et la faculté de douter. La portée pédagogique du cartésianisme.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  305.  5
    Descartes and the Psychophysical Problem.James B. Pratt - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:167-172.
    On trouve dans les écrits de Descartes trois théories psychologiques : 1° Mécanisme, 2° Interaction, 3° Occasionalisme. La troisième a pour motif de concilier la première et la seconde, mais elle n’y réussit pas du tout. L’interaction est une interprétation des faits empiriques. Le mécanisme est le résultat de la vue rationaliste du monde physique ; il se fonde donc finalement sur la volonté de croire. Dans la maturité de sa pensée, Descartes tend toujours plus vers la théorie de l’Interaction. (...)
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  306.  11
    La Sagesse cartésienne et la sagesse antique.J. Segond - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:46-51.
    I. La révolution cartésienne, fondant sur la critique du connaître une science industrielle, semble attester chez Descartes, étranger à la tradition, un pur moderniste.II. L’humanisme, faisant de la science une réalisation de soi, enferme l’exigence d’une sagesse.III. La possession par soi de l’esprit, qui s’affirme infiniment, constitue la fin de la sagesse. Tel est le platonisme de Descartes.IV. Philosophie universelle de l’esprit impliquant le sens du divin, la sagesse cartésienne rejoint la sagesse antique.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  307.  6
    Der Begriff des Wollens in der Theorie der Erkenntnis bei Descartes und Spinoza.A. Sodnik - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:141-146.
    L’analyse de la volonté chez Descartes montre, dans l’assentiment positif ou négatif, un mode particulier du vouloir qui, lié à la composante conceptuelle constitue l’essence de la connaissance et fait voir que la connaissance est non seulement une représentation, mais une élaboration d’un matériel. Cette conception est repoussée par Spinoza, et elle est modifiée en ce sens que l’affirmation apparaît comme une disposition intérieure de l’idée elle-même. Le rôle de l’objet est ainsi accentué et le point de vue du sujet (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  308.  3
    The Alleged « Petitio Principii » in Descartes’ Appeal to the Veracity of God.A. -K. Stout - 1937 - Travaux du IXe Congrès International de Philosophie 1:125-131.
    L’hypothèse d’un trompeur suppose la validité du critère des idées claires et distinctes. Le doute vient de ce que notre créateur peut nous avoir faits tels que, quelque soin que nous prenions d’atteindre des idées claires et distinctes, ce qui nous semble clair puisse ne pas l’être. Ce doute est fondé sur l’ignorance de la nature de notre créateur, et on peut y échapper, en appliquant le critère à la question : « Notre créateur peut-il nous tromper? » Bien que (...)
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
 Previous issues
  
Next issues