11 found

Year:

  1.  3
    Relire Descartes à partir de Nicolas de Cues.Joao Marie André - 2016 - Noesis 26:135-153.
    Le parcours que je me propose de faire par la pensée cartésienne passe par les moments suivants : d’abord, on essaie de découvrir dans la pensée médiévale tardive, en prenant comme référence non pas seulement Nicolas de Cues, mais aussi quelques aspects du nominalisme, l’émergence d’une métaphysique du pouvoir qui a, elle aussi, comme point de départ, le concept d’infini ; deuxièmement, on essaie de démontrer comment cette métaphysique du pouvoir passe, en Descartes, par sa théorie de la création des (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  2.  3
    La question de la connaissance et le statut de la créature chez Nicolas de Cues et Leibniz.Maude Corrieras - 2016 - Noesis 26:197-217.
    À partir des deux théophanies de Nicolas de Cues et de Leibniz, qui donnent à l’homme une place privilégiée au sein du monde créé, du fait de son statut de miroir ou image vivante qui reflète ou exprime le monde dans sa totalité, et de conceptions qui pensent la présence de l’infini dans le fini, on s’interroge ici sur la conception de la connaissance comme perspective de la monade chez Leibniz et la connaissance « quo modo capere possunt » des (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  3.  10
    Philosopher, c’est faire l’idiot. Le Cusain en filigrane dans l’œuvre de Gilles Deleuze.Jean-Michel Counet - 2016 - Noesis 26:247-263.
    Deleuze, même s’il n’en fait presque jamais mention, connaît très bien la pensée de Nicolas de Cues, qu’il a abordée sans doute par la médiation de Maurice de Gandillac, son directeur de thèse. Le thème où l’influence du Cusain se marque le plus clairement est celui de l’Idiot. L’idiot pour Deleuze est l’homme qui philosophe avec les seules ressources de la raison naturelle, sans révélation ni recours à des traditions livresques. Or, dans la conception que Deleuze se fait de la (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  4.  2
    Nicolas de Cues aujourd’hui.Walter Andreas Euler - 2016 - Noesis 26:265-273.
    Le sujet de l’article est la situation actuelle de la recherche internationale sur le Cusain et ses perspectives pour l’avenir. Au cours du xxe siècle, la recherche internationale sur Nicolas de Cues a connu une expansion énorme. L’édition historique-critique de son œuvre est achevée. Aujourd’hui, il existe des centres sur le Cusain pas seulement en Allemagne, au Japon et aux États-Unis, mais aussi aux Pays-Bas, en Italie, en Argentine, en Russie et en France. à l’échelle mondiale, beaucoup de thèses de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  5.  3
    L’humanisme christologique de Nicolas de Cues. L’anthropologie religieuse du « De ludo globi ».Graziella Federici-Vescovini - 2016 - Noesis 26:125-133.
    C’est peu de temps avant sa mort que Nicolas de Cues a redigé Le jeu de la boule, un dialogue à caractère pédagogique, où par une amusante métaphore il aborde presque tous les sujets difficiles de sa spéculation antérieure, se référant au tout de l’élaboration philosophique complexe à laquelle il s’est livré les années précédentes et dont il présuppose la connaissance. Dans ce dialogue, il y a une abondance de symboles, de métaphores, d’énigmes : après la mathaphore du jeu de (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  6.  5
    De Kant à Nicolas de Cues et retour. Réflexions sur une intuition d’Ernst Cassirer.Thibaut Gress - 2016 - Noesis 26:219-246.
    Nicolas de Cues, Kant et Cassirer forment un triptyque philosophique au sein duquel l’auteur de la Philosophie des formes symboliques a pu révéler un chiasme fort éclairant : Kant ne saurait être lu sans que ne soit prêté attention au coup d’envoi cusanien, mais Nicolas de Cues ne saurait être compris sans le prisme des lunettes kantiennes grâce auquel la théorie de la connaissance servirait de guide pour la compréhension des textes de Nicolas. Il s’agit donc, dans la présente contribution, (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  7.  2
    Scot Érigène et Nicolas de Cues : « processio et explicatio ».Agnieszka Kijewska - 2016 - Noesis 26:99-111.
    L’article est consacré à la conception de processio et d’explicatio dans un contexte historique et doctrinal du néoplatonisme de l’école d’Athènes et puis dans le néoplatonisme chrétien médiéval. C’est à Thierry de Chartres que le Cusain a emprunté les termes-clefs : complicatio-explicatio décrivant la relation de la Cause Première et de la multitude de ce qui en procède, aussi bien que expliquant la relation parmi l’immanence et la transcendance Divine.
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  8.  1
    Montaigne et Pascal : la docte ignorance après Copernic.Jean-Marie Nicolle - 2016 - Noesis 26:155-171.
    Dans cet article, on se propose d’étudier la reprise du thème cusain de la docte ignorance par Montaigne et par Pascal à la lumière du savoir mathématique et cosmologique de leur époque. Face à la multiplicité des découvertes de son temps, Montaigne se moque de la prétention à la certitude des mathématiques et aboutit à la pratique de la docte ignorance comme un usage de la critique sceptique. à la différence de Nicolas de Cues, Pascal distingue deux infinis, le grand (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  9.  3
    Thomas d’Aquin et Nicolas de Cues « Actus essendi » et « Possest ».Hervé Pasqua - 2016 - Noesis 26:113-124.
    La conception de l’Un unitrine de Nicolas de Cues fait de l’unité de l’Un un résultat. L’unité résulte d’un mouvement infini, d’une conversion : unitas, aequalitas, connexio. L’unité comme résultat n’est pas l’Un neutre et immédiat, l’unitas initiale, mais l’Un médiatisé qui s’est égalisé sans se diviser en s’actuant comme relation infinie à soi. L’Un vit de sa propre histoire a priori. Il se réfléchit sans être. Nous comparons cette pensée cusaine de l’Unum in se à celle, thomiste, de l’Esse (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  10.  2
    Contemplation, liberté et tragédie de la raison. Le tournant anthropologique de la philosophie : de Nicolas de Cues à Giordano Bruno.Maria Jesús Soto-Bruna - 2016 - Noesis 26:173-195.
    Dans un contexte de compréhension de l’être humain en tant que créé à l’image et à la ressemblance divine, Nicolas de Cues a considéré que la vision et l’union avec l’Absolu conduit, d’une part, au bonheur, et implique aussi, d’autre part, l’expression de la plus grande liberté que puisse atteindre l’humain, c’est-à-dire la pleine possession de soi. Cette conviction se présente dans son œuvre, le De visione Dei, dans une ambiance mesurée par l’attitude de la personne en prière, qui s’adresse (...)
    No categories
    Direct download  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  11.  7
    Authenticité, Esthétique Et Éthique Dans les Arts Visuels Chinois.Yolaine Escande - 2016 - Noesis.
    Éthique et esthétique étant intimement liées dans les arts chinois, la question de l’authenticité se présente comme une préoccupation centrale, dans la théorie comme dans la pratique, par le passé comme de nos jours. L’aporie dans l’art chinois, notamment en peinture, ne porte pas sur une opposition entre imitation et illusion, comme dans la peinture européenne, mais entre « ressemblance formelle » et « ressemblance spirituelle ». C’est pourquoi l’aspect matériel de l’œuvre, même s’il est pris en compte, apparaît moins (...)
    No categories
    Direct download  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
 Previous issues
  
Next issues