Year:

  1.  2
    "Là Où Il y a Preuve, Il N’y a Pas Témoignage". Les Apories du Témoin Selon Jacques Derrida.Emmanuel Alloa - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (2):289-303.
    La priorité que la phénoménologie classique accorde à la première personne se voit déplacée de différentes manières par les penseurs post-phénoménologiques, dont Jacques Derrida. L’article a pour but d’indiquer la fonction stratégique qu’occupe dans la pensée derridienne la figure du témoin, que ce soit en tant que tiers qui déstabilise la métaphysique de la présence dans ses premiers écrits mais surtout, comme figure spéculative dans l’œuvre tardive, entre foi et savoir. Des remarques dispersées de Derrida sur le témoignage, on peut (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  2.  3
    Descartes entre Heidegger et Levinas La phénoménologie et le radicalisation de la question «qui?».Dan Arbib - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (2):251-267.
    Descartes a-t-il manqué la question «qui?», comme le soutient Heidegger? Là-contre, nous voudrions esquisser une hypothèse nouvelle, appuyée par des travaux récents sur Descartes: non seulement Descartes n’a pas manqué la question «qui?», mais il pourrait n’avoir pas non plus manqué la question du monde qui lui est associée. Si cette hypothèse est audacieuse – nous ne la proposons que comme suggestion –, au moins ouvre-t-elle la possibilité d’une critique du projet alternatif de Heidegger: ce dernier pourrait en vérité avoir (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  3.  2
    Le Nom de la Vie De l'Anonymat À la Pseudonymie.Simon Brunfaut - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (2):305-325.
    Ce texte vise à comprendre le rapport de Michel Henry au nom. Si la phénoménologie matérielle se veut être une «pensée de la vie», il n’en demeure pas moins que le choix de ce vocable de «vie» reste relativement inexpliqué à travers l’œuvre et recèle de par ce fait de multiples ambiguïtés. Par ailleurs, Michel Henry utilisera quelques fois d’autres noms pour caractériser ce qu’il entend par la vie subjective pathétique, mélangeant sans les distinguer, l’hétéronymie, la synonymie et la pseudonymie. (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  4.  1
    Qui narre le pathos chez Henry et Duras? Enjeux phénoménologiques du «cela» de l'écriture.Cesare Del Mastro - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (2):327-356.
    Face aux méthodes biographique, sémiotique et herméneutique qui opposent le «moi» de l’auteur, les différentes voix associées au narrateur et le «tu» du lecteur, cet article se donne pour tâche d’aborder d’un point de vue résolument phénoménologique la question portant sur le «qui» de l’écriture romanesque. Pour ce faire, nous étudions la manière dont, dans leurs écrits relatifs au roman et surtout dans leur pratique du langage elle‑même, Michel Henry et Marguerite Duras désignent le pronom démonstratif «cela» comme le mode (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  5.  1
    La Figure du Tiers Dans Le Phénomène Érotique de Jean-Luc Marion.Jean-Sébastien Hardy - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (2):357-379.
    Dans Le phénomène érotique, Jean-Luc Marion défend, dans une prise de distance nuancée à l’égard de Levinas, la thèse d’une appartenance essentielle du tiers à la relation amoureuse, qui dès lors ne saurait être conçue comme pure intimité du Je et du Tu. Le phénomène singulier du tiers, marqué tant par sa nécessité que par son absence, ne se laisse toutefois apercevoir qu’en replaçant la phénoménologie de l’amour au sein d’une dialectique passionnelle sous-jacente, dont la tonalité originaire n’est plus la (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  6.  4
    La Phénoménologie Et Ses Personnes.Christophe Perrin - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (2):179-181.
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  7.  2
    Du On au nous L'autonomologie heideggérienne.Christophe Perrin - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (2):213-249.
    Affirmant ici l’existence d’une antonomologie heideggérienne, au sens faible car large d’un simple discours comme au sens fort, donc strict, d’une véritable doctrine des pronoms personnels, en traversant l’œuvre du penseur allemand, nous en reconstituons la trame – de la liaison de la mienneté et de l’ipséité à la différence du moi et du soi dans la préséance du soi sur le moi – et en rejouons le drame – du On qui répond à la question du qui du Dasein (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  8.  4
    L'ambiguïté de la Troisième Personne Théorie du Roman Et Philosophie de l'Esprit Chez Jean-Paul Sartre.Pierre-Jean Renaudie - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (2):269-287.
    À l’occasion de la publication en 1939 d’une critique particulièrement virulente du roman de François Mauriac La fin de la nuit, Sartre élabore une théorie de l’usage littéraire des pronoms de la première et de la troisième personne lui permettant de stigmatiser les ambiguïtés inhérentes au style littéraire de Mauriac. Établissant les fondements de son réalisme littéraire, Sartre s’attache à critiquer l’omniscience accordée par Mauriac à son narrateur au nom d’une fidélité d’inspiration phénoménologique à l’expérience de la liberté et à (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  9.  6
    L'impasse des théories du moi et la nécessité d'un changement de paradigme.Claude Romano - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (2):183-212.
    La question soulevée par cet article est celle de la légitimité d’un des concepts qui semble le mieux établi dans le lexique philosophique contemporain, celui du moi. Ce concept qui, à sa création, répond à des problèmes bien définis, a revêtu un sens de plus en plus vague au fur et à mesure de sa diffusion, au point qu’il est devenu souvent difficile de dire ce qu’il signifie au juste chez la plupart des philosophes qui l’emploient. En revenant à la (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  10.  2
    Acosmisme et aliénation du monde Enjeux d'une traduction de «weltlos» dans les œuvres de H. Arendt.Hubert Faes - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (1):61-84.
    Considérer l’aliénation dans le monde moderne comme un acosmisme devient une habitude dans les commentaires et les traductions francophones de la pensée de H. Arendt. «Weltlos» est traduit par «acosmique». Mais l’acosmisme est d’abord une attitude éthico-religieuse qui dans le monde se détourne de lui et se tourne vers Dieu. Arendt reconnaît un acosmisme analogue dans la fuite moderne hors du monde dans l’intériorité du soi. Ces acosmismes ne sont pas des aliénations et n’impliquent pas une perte du monde. À (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  11.  1
    Requête d'effectivité et choix de la religion chez le jeune Hegel.Gilbert Gérard - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (1):31-59.
    Cet article procède à une sorte d’archéologie de la notion hégélienne d’effectivité, tellement importante dans le système de la maturité. Il cherche à montrer de quelle façon le souci de l’effectivité de la pensée est, sous un mode assurément rudimentaire, à l’œuvre dès les premiers pas de la réflexion de Hegel et détermine l’option pour la religion caractéristique de ses Écrits de jeunesse. Il se livre à cet effet à une analyse serrée du premier texte de quelque envergure que nous (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
  12.  1
    Monde, fin du monde, défaite du monde La mise en question du monde chez Martin Heidegger et Jacques Derrida.Susanna Lindberg - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (1):85-118.
    L’article examine la question philosophique de la fin du monde en comparant son traitement par Jacques Derrida et par Martin Heidegger. Nous résumons d’abord le concept heideggérien du monde. Après cela, nous présentons la pensée derridienne de la fin du monde comme sa déconstruction. Derrida oppose notamment à Heidegger l’idée de la mort de l’autre comme «fin du monde chaque fois unique». Dans «No apocalypse, not now», il examine également l’idée de la destruction sans reste du monde et de l’humanité, (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark   1 citation  
  13.  1
    Le Dialogue de Schelling Avec Eschenmayer De Leurs Différences Et Divergences À Leur Opposition.Alexandra Roux - 2017 - Revue Philosophique De Louvain 115 (1):1-30.
    On se propose de démontrer que les recherches d’Eschenmayer ont joué un rôle déterminant dans l’émergence puis l’émancipation de la Naturphilosophie de Schelling, et cela même sous deux rapports: d’une part, sur la question de l’importance et de la place de l’étude de la nature dans le système entier de la philosophie; et d’autre part, sur des questions internes à cette étude. Si les travaux d’Eschenmayer ont en effet stimulé ceux de Schelling en ce domaine, ce que manifestent les Ideen (...)
    No categories
    Direct download (2 more)  
    Translate
     
     
    Export citation  
     
    Bookmark  
 Previous issues
  
Next issues