Ma vie est un ouvrage à l’aiguille

Clio 35:89-106 (2012)

Abstract
La couture et la broderie sont deux activités qui ont marqué, pendant des siècles, la présence féminine à l’intérieur de la famille. Parfois geste technique et nécessaire, parfois moment de formation et/ou d’évasion, la broderie a d’ailleurs constitué l’un des savoir-faire nécessaires pour la jeune fille bourgeoise vouée au mariage, nécessitant, pour l’affirmation de sa présence sociale, un trousseau. Par ailleurs, pendant ces derniers siècles, les femmes se sont emparées de l’écriture pour en faire à la fois un moment de réflexion, de gestion, de mémoire de soi et de la famille : en quoi ces pratiques se ressemblent-elles? En quoi la solitude, le repli sur soi, le silence, la lenteur, la précision du geste, le marquage deviennent, tout le long du xixe siècle, les éléments communs de savoir-faire qui contribuent de façon analogue à forger, dans l’espace et dans le temps, l’identité individuelle féminine et son insertion sociale? En quoi l’écriture de soi a accompagné, puis remplacé, le travail de l’aiguille?
Keywords journal intime   jeune fille   XIXe siècle   coudre   broder   écrire
Categories No categories specified
(categorize this paper)
DOI 10.4000/clio.10515
Options
Edit this record
Mark as duplicate
Export citation
Find it on Scholar
Request removal from index
Translate to english
Revision history

Download options

Our Archive


Upload a copy of this paper     Check publisher's policy     Papers currently archived: 39,966
Through your library

References found in this work BETA

No references found.

Add more references

Citations of this work BETA

No citations found.

Add more citations

Similar books and articles

Analytics

Added to PP index
2013-11-01

Total views
3 ( #1,113,155 of 2,235,908 )

Recent downloads (6 months)
1 ( #982,553 of 2,235,908 )

How can I increase my downloads?

Downloads

My notes

Sign in to use this feature