Fontenelle et la chimie : la recherche d’une « loi fondamentale » pour la chimie

Methodos 12 (2012)
  Copy   BIBTEX

Abstract

Dans cet article, je propose de reprendre la position de Fontenelle à l’endroit de la chimie. C’est une science qu’il connaît mal avant de devenir Secrétaire de l’Académie Royale des Sciences, et dont il doit, comme Secrétaire de l’institution, chercher une légitimité qu’il a contesté à titre personnel. Or la façon dont il rend compte des mémoires de chimie montre que Fontenelle accompagne l’évolution de cette science à partir de 1699, en se montrant ouvert à ce qu’elle propose de nouveauté. Certes, il rejette ce qu’il identifie comme chimie ancienne, en coupant ainsi la chimie du début du 18e siècle de son histoire. Cette opération rhétorique ne doit pas tromper et ne signifie pas qu’il considère que la chimie qui se fait sous ses yeux n’est pas un savoir. Au contraire, il salue ce qui la met sur la voie de la science. Cela le conduit sans doute à insister sur tous les éléments mécanistes utilisés par certains chimistes. S’en tenir là reviendrait toutefois à manquer son importante réflexion sur les affinités à partir de 1718 : pour Fontenelle, elles donnent la « loi fondamentale » de la chimie. La recherche des affinités, en tant qu’elles sont distinctes de l’attraction newtonienne ou des anciennes sympathies occultes, instituent pour Fontenelle la chimie comme une science de plein droit, même si elle échappe à l’explication mécaniste

Links

PhilArchive



    Upload a copy of this work     Papers currently archived: 93,642

External links

Setup an account with your affiliations in order to access resources via your University's proxy server

Through your library

Analytics

Added to PP
2013-11-01

Downloads
5 (#847,061)

6 months
19 (#786,843)

Historical graph of downloads
How can I increase my downloads?

Citations of this work

No citations found.

Add more citations

References found in this work

No references found.

Add more references