Un seul accomplissement

Philosophique 1:161-183 (1998)
  Copy   BIBTEX

Abstract

Dans la proposition 39 de la partie 5 de l’Éthique, Spinoza déclare et démontre le parallélisme entre « l’éternité de l’âme » et les « aptitudes du corps ». L’article tente de donner sens dans un cadre spinoziste à cette étonnante proposition, en examinant diverses hypothèses interprétatives : complexité supérieure du corps humain?, salut de l’âme par la santé du corps?, maîtrise ascétique de soi?, plaisirs harmonieusement équilibrés? Chacune de ces hypothèses s’avère acceptable dans une certaine mesure, mais jamais totalement. L’article propose pour conclure une dernière hypothèse, dans laquelle est soulignée le rôle de modèle que jouait de toute évidence la maîtrise corporelle sans limite dont faisait preuve le Christ aux yeux de Spinoza, signe auquel on pouvait reconnaître que le Christ avait atteint à la science intuitive, ou à la connaissance du troisième genre, c’est-à-dire au salut et à la béatitude –la Passion étant une fois de plus écartée comme insignifiante dans cette lecture orientalisante, par Spinoza, du Christ comme de tout accomplissement humain

Links

PhilArchive



    Upload a copy of this work     Papers currently archived: 91,202

External links

Setup an account with your affiliations in order to access resources via your University's proxy server

Through your library

Analytics

Added to PP
2014-03-01

Downloads
20 (#723,940)

6 months
10 (#219,185)

Historical graph of downloads
How can I increase my downloads?

Author's Profile

Charles Ramond
Université Paris 8

Citations of this work

No citations found.

Add more citations

References found in this work

No references found.

Add more references