Abstract
Le recours aux esclaves n’a pas eu seulement des motivations économiques, l’exploitation sexuelle aussi faisait partie des raisons esclavagistes. Dans le monde musulman et ses harem, certes, mais aussi chez les chrétiens. Depuis la mise en place par l’Eglise, au milieu du Moyen Age, du contrôle sexuel de ses fidèles, nombre de chrétiens trouvèrent dans la servante domestique, et en particulier dans l’esclave, l’échappatoire qu’ils désiraient. Le dossier florentin portant sur les derniers siècle du Moyen Age, et en particulier des correspondances privées, éclairent un sujet gardé secret. Les informations sérielles provenant de la Péninsule Ibérique, font apparaître l’ampleur d’un phénomène déjà connu pour les Amériques. Des législations différentes déterminaient le destin des enfants nés de ces unions ancillaires: le plus souvent abandonnés à Florence, vendus, affranchis ou gardés comme esclaves en Espagne
Keywords No keywords specified (fix it)
Categories (categorize this paper)
DOI 10.4000/clio.419
Options
Edit this record
Mark as duplicate
Export citation
Find it on Scholar
Request removal from index
Translate to english
Revision history

Download options

PhilArchive copy


Upload a copy of this paper     Check publisher's policy     Papers currently archived: 51,232
Through your library

References found in this work BETA

No references found.

Add more references

Citations of this work BETA

No citations found.

Add more citations

Similar books and articles

Analytics

Added to PP index
2013-11-23

Total views
24 ( #407,629 of 2,329,878 )

Recent downloads (6 months)
1 ( #582,921 of 2,329,878 )

How can I increase my downloads?

Downloads

My notes