De middeleeuwse illuminatieleer en het denken Van Heidegger

Tijdschrift Voor Filosofie 31 (3):418 - 440 (1969)

Abstract
Dans cet article nous nous efforçons de confronter la métaphysique de l'Ecole avec la pensée heideggerienne. Pour y arriver, nous avons pris, comme point de départ la doctrine de l'illumination de S. Augustin et de S. Bonaventura D'après cette doctrine, le „lumen naturale” est l'espace infini dans lequel l'esprit humain a son séjour, c'est l'horizon sans limites de l'être. Or, Heidegger prétend dépasser cet horizon. Il déclare explicitement: „Le lumen naturale, la lumière de la raison, ne fait que jouer dans l'Ouvert. Elle rencontre certes l'Ouvert de la clairière, elle la constitue si peu qu'elle en a bien plutôt besoin pour pouvoir se répandre sur ce qui est présent dans l'Ouvert.” (La fin de la philosophie et la tâche de la pensée dans Kierkegaard Vivant, p. 193). Ce dépassement paraît absurde tant qu'on s'en tient à des images spatiales. Mais ce n'est pas ainsi qu'on pourrait comprendre l'intention de Heidegger. Il s'agit bien plutôt, pour lui, de découvrir si la tradition n'a pas inconsciemment conçu cet espace illimité d'une façon déterminée. Cela paraît bien être le cas. L'espace infini est conçu comme un champ de présence intemporelle et immobile. Or Heidegger rejette l'idée d'un regard éternel sur un monde immobile. Pour lui, la lumière de la raison est plutôt l'é-vénement originel qui constitue l'histoire. Il nous paraît impossible de ne pas admettre - dans une certaine mesure au moins -ces idées de Heidegger. Inversément, on pourrait se demander si le philosophe allemand à bien fait de ne jamais thématiser le caractère absolu de la lumière intellectuelle qui nous paraît aussi indéniable que son caractère historique. Un autre problème important, lié au précédent, est celui de la transcendance à laquelle menait la doctrine de l'illumination et sur laquelle Heidegger garde le silence. Nous nous demandons si l'idée heideggerienne du lien originel et réciproque entre l'être et l'homme n'exige pas le dépassement vers une transcendance de cette appartenance mutuelle. Il nous paraît difficile de le nier
Keywords No keywords specified (fix it)
Categories (categorize this paper)
Options
Edit this record
Mark as duplicate
Export citation
Find it on Scholar
Request removal from index
Translate to english
Revision history

Download options

Our Archive


Upload a copy of this paper     Check publisher's policy     Papers currently archived: 46,330
External links

Setup an account with your affiliations in order to access resources via your University's proxy server
Configure custom proxy (use this if your affiliation does not provide a proxy)
Through your library

References found in this work BETA

No references found.

Add more references

Citations of this work BETA

No citations found.

Add more citations

Similar books and articles

Le concept de l'existence chez Jean-Paul Sartre et Martin Heidegger.Talip Karakaya - 2007 - The Proceedings of the Twenty-First World Congress of Philosophy 11:63-68.
De uitgangspunten Van de filosofie Van E. Levinas.L. Bouckaert - 1972 - Tijdschrift Voor Filosofie 34 (4):680 - 703.
Het oude probleem der metafysica.D. Scheltens - 1969 - Tijdschrift Voor Filosofie 31 (1):3 - 27.
Het zakelijk karakter Van heideggers vraag naar de techniek.Harry Berghs - 1971 - Tijdschrift Voor Filosofie 33 (2):250 - 278.
Heidegger En Marx.Samuel Ijsseling - 1966 - Tijdschrift Voor Filosofie 28 (2):264 - 275.
Fenomenologie en metafysica.J. Van De Wiele - 1967 - Tijdschrift Voor Filosofie 29 (1):3 - 52.
Wat is de Wereld?W. Bemmelen - 1939 - Synthese 4 (1):123 - 132.

Analytics

Added to PP index
2013-09-30

Total views
15 ( #589,936 of 2,286,072 )

Recent downloads (6 months)
3 ( #413,560 of 2,286,072 )

How can I increase my downloads?

Downloads

My notes

Sign in to use this feature